Allemagne - Pays-Bas Gomez
"Super" Mario Gomez a encore frappé | PATRICK HERTZOG / AFP

Les Allemands maîtrisent les Pays-Bas

Publié le , modifié le

L'Allemagne a quasiment assuré sa place en quarts de finale de l'Euro en s'imposant devant les Pays-Bas (2-1) mercredi soir à Kharkiv, en Ukraine, dans le match au sommet du groupe B. Grâce à deux buts de Mario Gomez en première période, la Mannschaft a globalement dominé, même si ensuite, à trop vouloir gérer, elle a laissé les Néerlandais revenir dans la partie. Avec cette défaite, les Pays-Bas sont dans une situation très délicate pour la suite de l'Euro.

Dans ce match très attendu du groupe B, énième revanche entre deux formations ambitieuses mais qui n'ont pas toujours eu les mêmes résultats dans les compétitions majeures, les premières minutes étaient très disputées. Avec beaucoup de rythme et d'intensité, les Néerlandais tentaient de porter les premières escarmouches, mais ils ne parvenaient pas à contourner le bloc allemand. Van Persie était un peu esseulé et le milieu Oranje faisait un gros pressing mais avait du mal à faire la différence.

Les Allemands de leur côté prenaient  le temps de remonter les ballons et de construire leurs actions, mais de part et d'autre, on se compliquait un peu la tâche en multipliant les passes à l'approche de la surface, sans prendre les positions de tir. Les Allemands prenaient petit à petit l'ascendant sur la partie,   alors que du côté hollandais on s'égarait dans des balles longues pas assez rapides. Les hommes de Van Marwijk ne parvenaient pas à poser le jeu, laissant manoeuvrer une Mannschaft qui n'en demandait pas tant et qui se montrait de plus en plus dangereuse.

"Super" Mario frappe deux fois

A la 24e minute, sur un énième ballon récupéré par les Allemands, et après deux passes sur la montée rapide, Schweinsteiger adressait un très bon ballon dans l'axe à Mario Gomez, très discret  jusqu'alors, qui fusillait Stekelenburg (1-0). La réaction néerlandaise était immédiate sous la houlette de Robben mais les défenseurs allemands, quoique parfois fébriles, restaient vigilants. L'Allemagne quadrillait parfaitement le terrain alors que les Pays-Bas décidément en mal de collectif, tentaient des actions individuelles vouées à l'échec et des tirs forcés. 

La Mannschaft mettait la pression d'abord sur un coup franc de Özil qui trouvait la tête de Badstuber repoussée sur sa ligne par Stekelenburg (37e). Dans la minute suivante, sur une nouvelle action amorcée par Özil, le relais parfait de Schweinsteiger et sa passe superbe  vers Mario Gomez. Une nouvelle fois l'attaquant  du Bayern montrait l'étendue de son talent en s'amenant le ballon pour ensuite tromper le portier hollandais dans un angle fermé (2-0, 38e). Il y eut  ensuite un coup franc de Schweinsteiger tout près de lober Stekelenburg qui détournait d'une claquette (45e).

Une fin de match indécise

Les Allemands avaient inconstestablement la mainmise sur la rencontre et se procuraient une nouvelle possibilité par l'intenable Gomez après un premier tir contré de  Hummels (53e). Les Oranje tentaient bien d'apporter du poids offensif avec l'entrée d'Huntelaar mais cela n'y faisait rien tant leurs actions restaient trop brouillonnes pour aboutir. Toutefois, les Allemands, même s'ils restaient bien en place,  laissaient un peu trop venir et redonnaient un second souffle aux Néerlandais qui se procuraient plusieurs occasions par Van Persie, (58e) et Sneijder (63e). A force de trop reculer et de laisser leurs adversaires mettre de nouveau le nez à la fenêtre, les Allemands se mettaient dans des situations délicates, avec Robben à la baguette. Les Néerlandais reprenaient du poil de la bête et commençaient à bien bouger les hommes de Löw. Leur insistance allait être récompensée sur un exploit individuel de Van Persie, bien servi à 30 m du but allemand, qui pivotait et se replaçait dans l'axe pour décocher un tir puissant sur lequel Neuer ne pouvait que constater les dégâts (2-1, 73e).

Pour son 40e match dans une phase finale de l'Euro -un record- l'Allemagne, était alors à la croisée des chemins quant à la stratégie à adopter face à des Néerlandais qui continuaient de pousser. Les hommes d'outre-Rhin encaissaient le coup et la confiance semblait avoir changer de camp. Eux qui avaient le match en main et la maîtrise des opérations, après un excès de prudence ou de confiance, c'est selon, venaient de se mettre en difficulté.  Ils choisisaient de ne pas fermer et de continuer à aller de l'avant, alors que les Néerlandais jouaient tous les coups.. Ce qui donnait une fin de partie plutôt débridée avec de nouvelles occasions pour Huntelaar d'abord dont le ballon était repoussé par Badstuber, puis sur une erreur de Steklenburg négociant mal une relance sous la menace de Klose. C'était tout pour ce match plutôt plaisant qui confirme les Allemands dans un statut de favoris alors que pour les Pays-Bas, toujours aussi inconséquents dans le collectif, sauf miracle lors de la dernière journée, l'Euro s'est sans doute arrêté ce soir 

Déclarations

Mario Gomez (attaquant de l'Allemagne): "Cela a été incroyablement serré jusqu'au bout. Cela a été très dur nerveusement pour nous. On a engrangé six points contre deux équipes de classe mondiale, que peut-on demander de plus ? Je suis très heureux d'avoir marqué deux buts et d'avoir pu aider l'équipe. C'était important d'avoir les cadres de l'équipe et l'entraîneur derrière moi. Mais il reste encore un long chemin jusqu'à la finale."

Rafael van der Vaart (milieu  de terrain des Pays-Bas): "Nous devons maintenant battre le Portugal 2 à 0.  C'est encore possible. J'y crois encore. Il faudra certes que les Allemands  battent les Danois, ce qu'ils feront. Les Allemands ont bien joué. Précis. Ils  ont inscrit deux buts fantastiques. C'est une équipe de classe mondiale. Me  concernant, c'est lourd de débuter sur le banc. Je suis monté à la pause en  donnant tout. Ca ne s'est pas mal passé. A 2-1 nous avons tout essayé. En vain".

Christian Grégoire