eden hazard belgique
Eden Hazard (Belgique). | EMMANUEL DUNAND / AFP

Le pays de Galles n’est qu’une étape pour la Belgique

Publié le , modifié le

La Belgique ne se cache plus. Avec un tableau dégagé, l’objectif « finale » est plus que jamais d’actualité. Pour leurs retrouvailles avec les Gallois en quart de finale de l’Euro vendredi à Lille, les Belges n’envisagent pas la défaite.

La frontière est là. Elle se devine au loin dès qu’on prend un peu de hauteur. A quelques 17 km de la Belgique et à quelques minutes d’une place en demi-finale. Les Diables Rouges sont attendus à Lille pour passer la barrière galloise. L’espoir grandit à vue d’œil outre-Quiévrain et le Stade Pierre-Mauroy fera le plein de Rouges. Il y aura des Gallois et beaucoup de Belges. « Nous évoluerons quasiment à domicile. C'est un atout et une motivation supplémentaires », se réjouit Eden Hazard qui a bien connu le Nord quand il jouait sous les couleurs du Losc. « Ce sera un match spécial pour moi. Il y aura la famille et beaucoup d'amis dans le stade », reprend-t-il.

La bonne formule

Depuis la révélation du tableau final ultra favorable et le 8e contre la Hongrie (4-0), les Diables Rouges sont en confiance. Comme leurs voisins français, ils avaient beaucoup tâtonné au premier tour. Malgré une génération bourrée de talent, Marc Wilmots n’arrivait pas à trouver la bonne formule. Tout manquait de liant. Désormais, tout à l’air fluide. Après leur carton contre les Hongrois, les Belges ont chassé les nuages au-dessus de leurs têtes. Portés par le Eden Hazard flamboyant qu’on avait connu à Lille et parfois à Chelsea, ils affichent une force de frappe impressionnante. Ils deviennent du coup les grands favoris de ce côté du tableau pour une place en finale.

Une défense décimée

Tout irait dans le meilleur des mondes si Eden Hazard n’était pas gêné par un adducteur et si la défense de Wilmots n’était pas décimée une nouvelle fois. Déjà meurtrie avant le début de l’Euro par les forfaits de Vincent Kompany, Dedryck Boyata, Bjorn Engels et Nicolas Lombaerts, les Belges doivent faire face à la suspension Thomas Vermaelen dans l’axe et à l’absence du latéral gauche Jan Vertonghen, touché à une cheville et out pour la suite du tournoi. Jason Denayer est fortement pressenti pour remplacer le joueur du FC Barcelone en défense centrale, Jordan Lukaku tient lui la corde pour prendre la place de l'arrière des Spurs sur le flanc gauche. Quant à Hazard, il jouera malgré la douleur. « On va essayer de l'avoir à 100%. Même s'il ne s'entraîne pas, il pourra jouer vendredi car la condition et l'envie sont là », a indiqué Wilmots.

Le pays de Galles dans sa position favorite

Dans ces conditions, le pays de Galles peut rêver à une première demi-finale d’une compétition de ce niveau. A la peine contre l’Irlande du Nord, les Dragons seront bien plus à l’aise contre la Belgique. Les Gallois n’auront pas à faire le jeu et retrouveront cette position de contreur qu’ils affectionnent. Les Belges se souviennent qu’en éliminatoires de l’Euro les Gallois leur ont pris quatre points sur six. A Cardiff, ils s’étaient imposés 1-0 sur un but de l’inévitable Gareth Bale. « Ce fut le but le plus important de ma carrière en sélection, lors de ma 50e cape, raconte Bale. Car il nous a fait prendre conscience que nous étions capables de battre n'importe qui. » Et pourquoi pas refaire le coup contre les Belges. « Nous savons que la Belgique est une très bonne équipe avec beaucoup de bons joueurs. Mais nous voulons aller plus loin. »

Xavier Richard @littletwitman