Le Graët
Noël Le Graët, président de la FFF. | FRANCK FIFE / AFP

Le Graët : "De belles affiches"

Publié le , modifié le

Le président de la FFF Noël Le Graët s'est montré satisfait dimanche du tirage au sort des qualifications de l'Euro-2016 qui a offert de "belles affiches", selon lui, à la France, qualifiée d'office en tant que pays-hôte mais reversée dans la poule I avec le Portugal, la Serbie, le Danemark, l'Arménie et l'Albanie.

Que pensez-vous de cette nouvelle formule des qualifications avec la  participation de la France, pourtant qualifiée d'office?

"La formule est bonne. La décision de l'UEFA d'inclure l'équipe de  France dans une poule est satisfaisante parce que trouver des matches amicaux  n'est pas évident. On a des adversaires de grande qualité et de beaux matches  de bons niveaux à organiser. On jouera le Portugal, qui est une grosse équipe  et qui permettra de remplir le Stade de France, j'en suis convaincu. On voulait  les jouer depuis longtemps mais on ne trouvait pas de dates. Le hasard et le  tirage nous le permettent et c'est très bien."  

Avec le Portugal et la Serbie et même le Danemark, il y aura finalement  des affiches intéressantes pour les Bleus...

"Ce seront de belles affiches. C'est un groupe relativement fort. Les  téléspectateurs ont de vrais matches avec des équipes de qualité. On va  compléter tout cela avec d'autres matches pour offrir un plateau de qualité aux  spectateurs et téléspectateurs d'ici l'Euro."

Que pensez-vous de la "semaine du football" lancée par l'UEFA avec des  matches étalés de jeudi à mardi?

"Au niveau du calendrier, cela paraît plus raisonnable. Et comme l'UEFA  a lancé un appel d'offres centralisé pour les droits TV, c'est une bonne chose.  C'est expérimental mais c'est déjà accepté par l'ensemble des médias mais aussi  par les coaches et organisateurs."  

Qu'avez-vous pensé de ce tirage au sort qui lance l'Euro-2016 en France?

"C'était superbement organisé, il faisait beau et les gens étaient de  bonne humeur."

L'Euro à 24 équipes n'enlève-t-il pas de l'intérêt aux qualifications?

"On pouvait le dire il y a quelque temps mais il y a un rééquilibrage  entre les équipes nationales. Peu d'équipes gagnent 5 ou 6-0. Ce sont toujours  des matches serrés. Cela permet à tous les pays d'Europe de progresser, c'est  ce que voulait Michel Platini (président de l'UEFA, ndlr). Les écarts entre les  gros et les petits sont moins forts en équipes nationales qu'en clubs. Il y a  toujours des surprises et rien n'est écrit d'avance."

AFP

Euro