Blanc portrait 042011
Laurent Blanc | AFP - PATRICK BERNARD

Laurent Blanc: "On on joue notre vie"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc a de nouveau rappelé jeudi devant la presse l'importance à ses yeux de la notion de groupe, et affirmé que les deux matches capitaux en Albanie et en Roumanie sur la route de l'Euro-2012 n'étaient pas destinés à faire des essais à tout-va.

Q: Est-ce que cette liste a été difficile à élaborer, notamment en défense centrale?
R: "C'est toujours compliqué de faire une liste. Celle-ci a été particulièrement difficile dans ce secteur de jeu car on a beaucoup de blessés, Philippe Mexès de longue date, Mamadou Sakho, et on a Adil Rami qui est suspendu (pour le match en Albanie, ndlr). On a Laurent (Koscielny, ndlr) qui est lui aussi blessé même si on a des nouvelles rassurantes. Ce n'est pas un secteur de jeu où on a des certitudes et le réservoir n'est pas si important. Donc on a eu une petite réflexion. On s'est réservé quelques noms, car on n'est pas à l'abri d'autres blessures, mais on va attendre".

Q: Quel sera l'état d'esprit recherché pour les deux matches?
R: "Ce sont deux déplacements importants, difficiles, où l'environnement est toujours compliqué. Ce sont des gens qui nous apprécient beaucoup mais qui prennent plaisir à nous battre. Et puis ce sont deux équipes qui ont toujours une chance de se qualifier, donc il faut s'attendre à avoir quelques turbulences et à être secoué".

Q: Ribéry et Valbuena effectuent leurs retours. Est-ce dans une volonté de mettre l'accent sur le domaine offensif?
R: "C'est bien d'avoir des atouts offensifs même si je pense que dans ces deux matches, il faut être costaud défensivement. Car ils vont nous offrir des duels, des combats. Ce ne sera pas le même match que contre le Chili (1-1 en amical, le 10 août, ndlr). Après, il va falloir offensivement avoir des joueurs qui nous permettront de nous créer des occasions et de marquer des buts. Mathieu (Valbuena, ndlr) a l'air de bien revenir de blessure. Le match référence de la France a eu lieu en Bosnie (2-1 en septembre 2010, ndlr) et Mathieu faisait partie de cette équipe. Son retour est logique à nos yeux. Ribéry, s'il retrouve son meilleur niveau, il deviendra un joueur très important. Pour l'instant, ce n'est pas le cas mais on compte énormément sur lui".

Q: Attendez-vous toujours plus de joueurs comme Nasri et Ribéry?
R: "On attend beaucoup de tous les joueurs. Mais concernant Nasri et Ribéry, cela pourrait être mieux. Nasri a 23 sélections, et combien de buts il a marqué? Deux. Pour un joueur de son registre, cela doit être meilleur. Franck Ribéry n'a pas marqué plus de buts non plus (7 en 52 sélections, ndlr). On attend plus de ces joueurs-là, mais après il y a un problème de confiance. A nous de leur apporter de la confiance, mais cela demande de la patience et du temps".

Q: La notion de groupe sera-t-elle toujours supérieure à la forme du moment à vos yeux, et y a-t-il une chance par exemple pour un joueur comme Gomis, qui effectue un très bon début de saison?

R: "Il fait un début de saison encourageant parce qu'il y a un nouveau système qui lui permet de jouer. Qu'il continue de faire le début de championnat qu'il fait et il ne sera pas loin de l'équipe de France. Après, on ne peut pas juger de la forme du moment en trois matches. Sinon, la sélection va changer beaucoup. On n'est pas là pour essayer. Atteignons l'objectif, il y aura après d'autres matches pour récompenser des joueurs qui font une bonne saison. Là, on joue notre vie sur quatre matches".

AFP