Toni Kroos et Thomas Müller, sous le maillot de l'Allemagne, pendant l'Euro 2016.
Toni Kroos et Thomas Müller, sous le maillot de l'Allemagne, pendant l'Euro 2016. | AFP

L'Allemagne est prête à passer la troisième, comme toujours

Publié le , modifié le

Mardi (18h00), face à l'Irlande du Nord, les champions du monde allemands joueront leur dernier match du groupe C, dont ils sont leaders à la différence de buts. Le gagner, comme ils en ont pris l'habitude, dégagerait leur horizon pour la suite de la compétition.

Malgré les difficultés offensives, les Allemands ne semblent guère inquiets avant d'affronter l'Irlande du Nord mardi à Paris au Parc des Princes (18h00): la Mannschaft est spécialiste des troisièmes matches de poule, qu'elle a toujours remportés, que ce soit à l'Euro ou au Mondial, avec Joachim Löw.

Les champions du monde n'ont marqué que deux buts? "Jouer ce type de tournoi est difficile, on ne peut pas écraser tous les matches", a plaidé le manager général Oliver Bierhoff. L'historique des confrontations entre les deux équipes est largement en faveur de la Mannschaft, avec huit victoires, quatre nuls et deux défaites, la dernière remontant à plus de 30 ans.

"Ce ne sera pas une promenade de santé"

Il ne faut, pour autant, s'attendre à un quelconque excès de confiance de la part des Allemands. "Ce ne sera pas une promenade de santé, on le sait, a pronostiqué l'attaquant Thomas Müller. Ni la Pologne, ni l'Ukraine n'ont eu un match facile (contre l'Irlande du Nord), au contraire. Donc je ne m'attends pas à un festival offensif. J'aimerais bien. Mais il faut être réaliste. Quel que soit le score, l'Irlande pensera avant tout à défendre."

L'Allemagne devra se méfier particulièrement sur les phases arrêtées défensives, l'un de ses rares points faibles et où les Nord-Irlandais excellent, comme l'a montré le premier but inscrit par Gareth McAuley en début de deuxième période, contre l'Ukraine.

La question Lafferty

Le sélectionneur Michael O'Neill devra, quant à lui, faire des choix difficiles, notamment concernant la titularisation de son attaquant Kyle Lafferty, héros des qualifications pour l'Euro avec 7 réalisations. Le buteur de Norwich, très peu en vue, car complètement isolé en pointe dans le schéma hyper-défensif voulu par O'Neill face à la Pologne, avait ensuite assisté du banc, comme quatre autres titulaires du premier match, à la victoire de ses équipiers contre l'Ukraine, avec Conor Washington en avant-centre.

"Aucun des gars ne mérite d'être sorti après la performance qu'ils ont réalisée. Ils méritent une autre chance contre les champions du monde", a déclaré Lafferty très sportivement en conférence de presse. Un match qui pourrait écrire une page supplémentaire de l'histoire nord-irlandaise en cas d'exploit mardi soir.

Un classement qui comptera

Hormis pour l'Ukraine déjà éliminée, ce groupe C est incroyablement ouvert. Avant la troisième et dernière rencontre de leur poule, Allemagne, Pologne et Irlande du Nord peuvent toutes les trois finir premier, deuxième ou troisième.

En tête avant la dernière journée, avec 4 points et une différence de but de +2, les hommes de Joachim Löw sont les mieux placés, mais tous champions du monde qu'ils soient, ils n'ont pas totalement leur destin entre leurs mains. Un nul leur garantit l'une des deux premières places, mais même une victoire contre l'Irlande du Nord ne les assurerait pas de finir premiers, puisque la Pologne pourrait les dépasser à la différence de buts en cas de large succès contre une Ukraine qui n'a plus rien à espérer.

Un classement final qui n'a, évidemment rien d'anecdotique, puisque le deuxième du groupe C sait déjà qu'il affrontera la Suisse en huitième de finale - et vraisemblablement l'Espagne en quart -, alors que le premier se verra opposé au meilleur troisième entre les groupes A (Albanie), B ou F. Le troisième aura, lui, une chance d'être repêché pour un huitième de finale contre la France ou le premier du groupe B (Angleterre, Slovaquie ou pays de Galles).

La victoire plutôt inattendue des Nord-Irlandais (2-0) contre l'Ukraine dimanche, après une courte défaite (0-1) contre la Pologne en ouverture, permet aux insulaires, novices en phase finale, de rêver à une qualification pour les huitièmes de finale.

AFP