Gomez Allemagne joie
L'attaquant allemand Mario Gomez | LIONEL BONAVENTURE / AFP

L’Allemagne a bien besoin de Super Mario Gomez

Publié le , modifié le

Favori de l’Euro avec l’Espagne, l’Allemagne est encore loin de son rendement habituel. C’est passé avec un seul but contre l’Irlande du Nord (1-0) mais le manque total de réussite de Mario Goetze et Thomas Müller pourrait coûter cher. En revanche, la titularisation de Mario Gomez à la pointe de l’attaque est un bon point pour Joachim Löw.

Loin du compte l’Allemagne. Pas au classement avec la première place du groupe C à la différence de buts aux dépens de la Pologne, mais sur le plan efficacité. La redoutable attaque du Mondial 2014 n’est plus de mise deux ans plus tard. Les Allemands maîtrisent leurs matches mais ça coince toujours devant le but avec ses principaux atouts Mario Goetze et Thomas Müller. Ce n’est pas faute d’avoir eu des occasions y compris des face-à-face avec Michael McGovern, le portier nord-irlandais. Perte de confiance, frustration et pression médiatique, les attaquants de la Mannschaft semblent perdus dans leurs grands souliers. "Dès la première période, on a cinq ou six occasions nettes, a analysé Löw,en conférence de presse. Les courses étaient bien meilleures, le rythme du jeu de passe aussi et on a créé beaucoup plus de profondeur. C'était l'objectif des derniers jours et ça a marché. Là où je ne suis pas content, c'est sur la concrétisation des occasions, ajoute Löw. On a eu beaucoup de duels avec le gardien. On aurait dû mener 3-0 ou 4-0 à la mi-temps, on aurait pu ménager davantage de joueurs et on se serait rendu la tâche plus facile."

Gomez et Özil rayonnent 

Le point positif, c’est qu’à l’inverse du non-match contre les Polonais, les hommes de Löw se sont procurés plusieurs situations chaudes sous l’impulsion de Mezut Özil et que si la confiance revient, il faudra être très costaud pour les éliminer. Avec trois « clean sheets » (match sans encaisser de but, ndlr), la défense allemande est elle au rendez-vous de l’Euro et apporte énormément de sécurité à Löw. Finalement, l’homme providentiel en attaque s’appelle Mario Gomez qui, en bon renard, était à la réception d’une passe de Müller pour marquer le seul but de la rencontre au Parc des Princes. Le joueur de Besiktas, qui a aussi trouvé le poteau sur une tête, a pesé sur la défense irlandaise et s’est montré intéressant dans son jeu de remise. Une vraie tour de contrôle pour voir plus loin ! "Mario Gomez a très bien joué, il a été bon, a reconnu son sélectionneur. Il avait montré à l'entraînement qu'il était très dangereux devant le but ces derniers jours. Il est justement là pour ça, pour qu'on puisse se dire +on va mettre un autre type de joueur en pointe+, pas un faux neuf, mais un vrai neuf. Tout ce qu'il a fait était bien, il était dangereux, aussi sur des centres. Et surtout il a constamment fixé deux adversaires dans l'axe, et c'était très important aujourd'hui pour créer des espaces".

Xavier Richard @littletwitman

Euro