Andreï Arshavin Russie Euro 2012
Andreï Arshavin, le meneur de jeu russe | FABRICE COFFRINI / AFP

La Russie totalise

Publié le , modifié le

La Russie a idéalement débuté son Euro-2012, en étrillant 4 à 1 la République Tchèque, dans le deuxième match de l'Euro, vendredi à Wroclaw en Pologne, au terme d'une rencontre plutôt agréable. Grâce à cette première victoire, les Russes prennent les commandes du groupe A, devant la Pologne et la Grèce qui ont fait match nul un peu plus tôt dans la soirée.

Après une entame plutôt dominée par les Tchèques, l'attaquant russe Alan Dzagoev a ouvert le score à la 15e minute, en prenant à contre-pied Petr Cech qui venait d'être sauvé sur la même action par son poteau après une tête décroisée d'Alexander Kerzhakov. Neuf minutes plus tard, Roman Shirokov a doublé la marque pour les Russes en piquant son ballon devant le gardien tchèque, à la réception d'une passe en profondeur du capitaine Andrei Arshavin.A l'image d'un étonnant raté de Dzagoev, les autres occasions russes de la première période étaient souvent dangereuses. Aussi lorsque le milieu Vaclav Pilar, bien servi par Jaroslav Plasil, a réduit le score à la 51e minute, les Tchèques ont entrevu l'espoir de revenir dans le match.

Mais ce n'était qu'une timide réaction d'une équipe tchèque bien fragile défensivement et qui a rompu devant la vitesse et la capacité d'exécution des attaquants russes. Les Tchèques ont bien essayé de poser le jeu, de créer le danger, mais ont manqué de détermination offensive. Les Russes les ont laissé s"épuiser vainement. En fin de match, Dzagoev, à la conclusion d'une action en triangle avec Shirokov et Roman Pavluychenko, a assuré le succès russe (79e), qui a pris une plus grande ampleur avec un 4e but du même Pavluychenko auteur d'un superbe exploit personnel (82e). 

La Russie a confirmé en compétition les promesses entrevues lors de sa démonstration face à l'Italie (3-0) en amical, le 1er juin, et se pose en outsider de l'Euro, comme l'annonçait le malin Advocaat.  Son jeu de passes parfaitement huilé a désorienté la défense tchèque, qui a laissé son dernier rempart, le champion d'Europe - avec Chelsea - Petr Cech, bien seul face aux vagues rouges qui ont déferlé. Les Russes ont par ailleurs aussi manqué beaucoup d'occasions., sinon le score aurait pu être plus corsé. L'équipe de Dick Advocaat a en tout cas, solide ans tous les compattiments di kei, a fait bonne impression. En revanche, à l'image de Barros; qui n'a rien réussi de la soirée, les Tchèques sont passés à côté de leur match.

Déclarations :

Michal Bilek (sélectionneur de  la République tchèque): "Je suis très déçu, c'est un résultat impressive pour  Russie. Nous avons bien commencé le match, nous avions la possession de balle,  mais nous n'avons pas conclu nos occasions. Puis, nous avons perdu la balle et  ils ont vite fait le break. Nous sommes revenus au score, mais nous avons  encore perdu la balle et nos adversaires nous ont punis. Les Russes sont les  favoris du groupe, ils sont vraiment très forts. Leurs combinaisons nous ont  posé beaucoup de problèmes, avec leur jeu à une touche, on n'arrivait pas à  avoir le ballon, nous n'avons pas été assez patients. (Aleksander) Kerzhakov  bougeait entre les lignes, et nous étions trop loin de lui. Mais, maintenant,  nous devons montrer notre mental, je crois toujours que nous pouvons nous  qualifier."

Dick Advocaat (NED/sélectionneur  de la Russie): "Nous sommes contents, nous avons marqué quatre buts, c'est un  très bon résultat, et nous aurions pu marquer d'autres buts. Mais à 2-1 nous  avons connu des situations dangereuses. Nous aurions dû être plus précis. Nous  n'étions pas vraiment dans le match pendant le premier quart d'heure, pas  vraiment en confiance, le match était équilibré. Mais ensuite les joueurs ont  vraiment très bien joué. On peut toujours faire mieux, mais nous avons montré  que nous savions le faire aussi contre l'Italie (battue 3-0 en amical).  Favoris? C'est important de gagner le premier match, mais c'est à la fin qu'on  lève le trophée, pas maintenant."

Christian Grégoire