Joachim Löw
Le sélectionneur allemand Joachim Löw | AFP - DPA PICTURE-ALLIANCE - THOMAS EISENHUTH

La pression ? "Vraiment pas un problème" pour Joachim Löw, sélectionneur allemand

Publié le , modifié le

La pression "n'est vraiment pas un problème" pour l'Allemagne, championne du monde très attendue pour son premier match de l'Euro-2016 contre l'Ukraine, dimanche à Lille (Groupe C), assure le sélectionneur de la Mannschaft Joachim Löw.

Qui sera capitaine dimanche et qui jouera en attaque, Götze, Gomez ou les deux ?
Joachim Löw : "Je dirai demain à l'équipe qui sera le capitaine. Mais Bastian Schweinsteiger reste pour moi le capitaine, parce que je sais qu'il jouera quoiqu'il arrive lors de ce tournoi. Pour ce qui est de la composition, c'est difficile d'en parler avant le match. Les deux peuvent jouer, Götze ou Gomez, ou les deux ensemble, car on s'est entraîné aussi quelque fois avec cette option. J'ai donc plusieurs possibilités pour ce match. C'était une question claire, mais la réponse n'est pas claire..."

Avez vous commencé à parler de l'Ukraine aux joueurs ?
J.L. : "Cette semaine, on s'est déjà penché intensivement sur l'Ukraine. C'est une équipe très bonne physiquement, très dynamique, qui peut jouer 90 minutes à un rythme élevé. Ils ont des joueurs rapides sur les ailes qui sont très dangereux en contre. Mais on doit se concentrer sur nos forces sur ce qu'on sait faire et bien faire et on sera en position de battre l'Ukraine."

Avez vous regardé France-Roumanie et qu'en avez vous pensé ?
J.L. : "Lors de France-Roumanie on a vu ce qui nous attend, ce contre quoi j'ai averti les joueurs pendant la préparation. Les équipes supposées plus faibles savent de mieux en mieux défendre, savent de mieux en mieux réduire les espaces, se positionner en fonction de l'adversaire. Parfois on peut avoir du mal. Surtout au premier tour. La France a eu du mal, mais elle reste l'un des grands favoris. Ce premier match est toujours quelque chose de spécial pour chaque équipe, surtout pour l'organisateur. La France a gagné en toute fin de match, cela peut lui donner des ailes. Quand on voit les joueurs français, Pogba, Payet et Matuidi, c'est très très fort, ils sont très forts dans les déplacements. La France a une équipe excellente qui va sans doute s'améliorer, mais qu'on ait du mal au premier match, c'est une chose à laquelle tout favori doit s'attendre"

L'Allemagne arrive comme championne du monde en titre, est-ce que cela change quelque chose dans l'approche de la compétition ?
J.L. : "L'Allemagne a toujours un peu de pression. En 2014, c'était la même chose, 2012 et 2010 aussi. Les attentes sont élevées, mais on s'en accommode bien. Chez nous la pression ou comment la gérer n'est vraiment pas un problème. Nous avons des joueurs qui ont l'expérience de la pression lors des gros matches. Au Brésil, on a joué la demi-finale contre le pays organisateur, on a joué une finale de Coupe du Monde, donc on est familiarisés avec ce genre de situations".

À l'entraînement hier, Mesut Özil jouait avec les remplaçants, est ce que cela veut dire qu'il pourrait ne pas débuter dimanche ?
J.L. : "Mesut est dans une forme resplendissante. En 2014, il a joué un peu touché, il avait fait quelques matches corrects. Mais aujourd'hui Mesut Özil est dans une forme qui n'a rien à voir. Il sait faire des choses que presque personne d'autre ne sait faire à son poste et qui sont extrêmement précieuses pour l'équipe. Techniquement et pour les dernières passes, il est tout bonnement génial. Et c'est évident qu'Özil jouera, je n'ai à aucun moment eu de doute à ce sujet."

AFP