La pelouse du Stade Pïerre-Mauroy va être remplacée

La pelouse du Stade Pïerre-Mauroy va être remplacée

Publié le , modifié le

La pelouse de Lille (nord), en mauvais état et critiquée durant l'Euro-2016, va être remplacée vendredi par une pelouse amenée des Pays-Bas, a annoncé mardi l'UEFA, instance de tutelle du tournoi décisionnaire pour les stades. "Les conditions météorologiques difficiles ont entraîné des dommages irréversibles sur la surface", a précisé l'UEFA. "C'est désolant de jouer sur une telle pelouse", s'était emporté dimanche soir le sélectionneur français Didier Deschamps, après le match contre la Suisse (0-0).

Il se jouera encore un match de poules sur cette pelouse endommagée, Italie-Eire, mercredi. L'installation de la pelouse devrait être achevée dans l'après-midi de vendredi, assure l'UEFA. Le stade de Lille doit encore accueillir un 8e de finale dimanche et un quart de finale le 1er juillet. L'UEFA dit avoir "déjà réussi à changer des pelouses durant des Euro, comme celle de Bâle en 2008 (en Suisse)".  Par ailleurs, l'instance européenne du football affirme que "le travail de réparation des pelouses de Marseille et Saint-Denis (elles aussi en mauvais état et critiquées, ndlr), débuté ces derniers jours, porte ses fruits et ces pelouses devraient être en bonne condition dans quelques jours". Marseille (sud-est) doit notamment accueillir un quart de finale et une demi-finale. Un huitième de finale, un quart de finale et la finale sont programmés au Stade de France à Saint-Denis, en banlieue parisienne. L'UEFA se dit également "complétement satisfaite avec l'excellent travail de son consultant pour les terrains, Richard Hayden".

"Critiques infondées"

L'instance du foot européen rejette enfin "les critiques infondées le visant". Elisa, la société qui exploite le stade de Lille, au coeur des critiques en raison de l'état déplorable de sa pelouse, avait pointé du doigt lundi l'UEFA qui a "exigé le changement" de la surface de jeu avant l'Euro-2016. "En prévision des matches de l'Euro-2016, l'UEFA a exigé le changement de la pelouse du stade Pierre-Mauroy, aux frais d'Elisa, malgré les différents rapports de l'expert missionné par Elisa démontrant que la pelouse existante offrait une bonne couverture végétale", s'était défendue dans un communiqué la société filiale du groupe de travaux publics Eiffage, qui a construit le stade dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP) avec la Métropole européenne de Lille (MEL). Vendredi, la Société française des gazons (SFG), association à but non lucratif regroupant l'ensemble des corps de métier du secteur, avait déjà désigné l'UEFA comme responsable de la situation actuelle après une polémique née sur l'état de la pelouse du stade Vélodrome de Marseille. "Le consultant mandaté par l'UEFA a cru bon devoir intervenir, en particulier en faisant replaquer du gazon non compatible (enracinement du gazon) en provenance d'une société autrichienne sur les stades de Marseille, Lille, Nice, et ce, en dépit de l'avis hautement défavorable des spécialistes français tenus à l'écart du système UEFA", avait pointé le SFG dans un communiqué.
 

AFP