Benzema, Ribéry, Equipe de France
Benzema et Ribéry sous le maillot bleu | FRANCK FIFE / AFP

La France veut regoûter à la victoire

Publié le , modifié le

Le groupe D entre en piste lors de cette quatrième journée d'Euro. Le second pays hôte, l'Ukraine affronte la Suède ais l'affiche oppose la France et l'Angleterre. Invaincus depuis 21 rencontres, les Bleus ont suscité curiosités et attentes et rêve de bien débuter une compétition internationale.

L'affiche : France - Angleterre

Une vraie affiche. Et du coup un vrai test pour les Bleus, auteurs d'une campagne européenne honorable et surtout d'une série de 21 matches sansconnaitre la défaite. Les promesses des dernières sorties ont relancé l'intérêt autour de cette jeune sélection (un peu plus de 26 ans de moyenne) menée par Laurent Blanc de plus en plus convaincant dans ses habits de sélectionneur. Pour la première fois epuis longtemps, tous les voyants sont au vert: la confiance, le physique et même le jeu, en net progrès, dans un dispositif équilibré en 4-3-3.

Un bon départ mettra sur les bons rails cette nouvelle génération pour laisser derrière le pitoyable mondial 2010. Les Français retrouvent une Angleterre diminuée qu'ils ont dominée en amical à Wembley en 2011 (1-2). De quoi pronostiquer un statut de favori et une victoire ? Sans aucun doute. Pourtant, il faut se méfier des Anglais qui, même privés de Rooney et Lampard, restent.... des Anglais autrement dit accrocheurs, durs et physiques.  "Ce premier match, c'est le plus important de l'Euro, c'est déjà décisif",  rappelait l'expérimenté Evra. Bref, il ne faut pas rater la marche. Il n'a pas tort.

Les joueurs à suivre : Karim Benzema et Franck Ribéry

Le destin de la France repose sur l'efficacité de ses deux stars offensives Karim Benzema et Franck Ribéry. L'attaquant du Real Madrid (24 ans, 45 sélections, 15 buts) affiche une forme étincelante, dans  la lignée de sa prolifique saison en Espagne (34 buts). Ses deux buts contre l'Estonie lui ont redonné du gaz avant une grande compétition qu'il aborde dans la peau d'un patron de jeu.

La renaissance  en bleu de "Francky" (29 ans, 60 sélections, 10 buts) permet tous les espoirs. Avec lui, la France est une équipe dangereuse.  Avec 3 buts lors des 3 rencontres de préparation, le joueur du Bayern  Munich est redevenu une arme redoutable en sélection où il évolue enfin libéré  et semble avoir chassé de sa mémoire ses récents tourments (affaire Zahia, grève de l'entraînement en Afrique du Sud).

Les enjeux : Gagner un match

La France n'a plus remporté la moindre rencontre en phase finale depuis la demi-finale du Mondial 2006 (2 nuls et 4 défaites en six rencontres). Autant dire qu'un succès serait déjà un premier exploit dans cette Euro. Pour l'Ukraine, qui s'est saigné à blanc pour organiser cet Euro, une victoire face à la Suède de la star Zlatan Ibrahimovic permettra d'espérer une qualification et d'apaiser les craintes d'un "horroreuro".  

L'info en plus : Le "Camp Sweden"

Lundi, ils seront 9000 Suédois au stade olympique  de Kiev pour voir leur équipe défier l'Ukraine. En attendant, ces  supporteurs, parmi les plus fidèles qui soient, posent leurs sacs à  "Camp Sweden", un très rudimentaire camping installé sur une île au milieu du  Dniepr. Ils arrivent à pied, par le pont qui enjambe le fleuve, ou en vélo, taxi,  stop et même caravane par l'autre côté de l'île Troukhanov. Même s'ils sont accueillis au son des chansons d'Abba, certains ne sont en  effet pas emballés par ce qu'ils ont découvert: pas d'électricité, pas d'eau chaude, pas de papier toilette. Sans oublier les moustiques. Et dire que certains d'entre-eux n'ont même pas de billets pour le match...

Mathieu Baratas