La joie des Français après le but de Yohan Cabaye
La joie des Français après le but de Yohan Cabaye | AFP - Filippo Monteforte

La France maîtrise l'Ukraine

Publié le , modifié le

La France a fait un pas important vers la qualification pour les quarts de finale de l'Euro en battant l'Ukraine 2 à 0, grâce à des buts de Jérémy Ménez et Yohan Cabaye, lors de la 2e journée du groupe D, à Donetsk. Pour la petite histoire, le match avait été interrompu par l'arbitre à la 5e minute en raison d'un violent orage. Il n'a repris qu'au bout de 57 minutes d'attente.

Orage terrible à Donetsk

Le match a bien failli être reporté après un orage "dantesque" dans le ciel de Donetsk au bout de 5 minutes de jeu. Mais une fois le calme revenu  dans le ciel, le match a repris après près d'une heure d'interruption. Les aléas du ciel n'ont en tout cas pas perturbé les joueurs français  qui, contrairement à leur entame poussive contre l'Angleterre (1-1), lundi,  sont tout de suite entrés dans la partie et ont asphyxié le pays-hôte avant de  faire la différence en seconde période par Ménez (53e, 2e but en sélection) et  Cabaye (56e, 1er but en bleu) sur deux passes décisives de Benzema.
 

Menez dans tous les coups

Le sélectionneur français a surtout vu ses choix audacieux être validés dans le match. La titularisation surprise de Ménez s'est avérée payante, le  Parisien, après avoir manqué trois énormes occasions (26e, 29e, 49e), ayant  libéré les siens et montré la voie vers le succès. Pour ce rendez-vous déjà capital, Blanc avait exhorté ses joueurs à se  lâcher et à ses leaders à montrer qu'ils étaient dignes de ce statut. La  réponse a été positive.

Ribéry et Benzema au rendez-vous

Ce sont surtout les deux stars bleues, Benzema et Ribéry, qui étaient au  centre des interrogations après une première partie frustrante contre les  Anglais. Si Benzema n'a pas marqué, il a justifié son rang de patron de  l'attaque en offrant sur un plateau deux magnifiques ballons de but à Ménez et  à Cabaye. Quant à Ribéry, il a été très actif, impulsant la plupart des attaques  françaises et donnant le tournis à une défense ukrainienne statique. Efficaces en attaque et vigilants en défense, les Bleus ont rendu une copie propre, à même de susciter de grands espoirs.

23e rencontre sans défaite

Le résultat est une bouffée d'oxygène pour la France, qui décolle des bas-fonds du groupe D et efface ses débuts poussifs face aux Anglais avec cette  23e rencontre sans défaite. Les sorties de route prématurées de l'Euro-2008 et du Mondial-2010 risquent  ainsi de ne plus hanter les nuits des Bleus, qui ont enfin remporté leur  premier match en phase finale depuis la demi-finale de la Coupe du monde 2006  (1-0, contre le Portugal).

Confirmer contre la Suède

Le billet pour les quarts n'est pas encore en poche mais les Français vont  pouvoir aborder avec calme et sérénité leur dernier rendez-vous du 1er tour contre les Suédois d'Ibrahimovic. La France peut même se permettre de perdre, mais pas par plus d'un but d'écart, face à la Suède (déjà éliminée de la compétition) pour continuer l'aventure. L'Ukraine, qui était idéalement entré dans son tournoi en dominant la Suède  (2-1), devra de son côté réussir un exploit mardi contre l'Angleterre pour disputer les quarts de finale.

Réactions:

Laurent Blanc, sélectionneur  de l'équipe de France: "Ce soir j'ai pris un grand plaisir à  regarder l'équipe de France jouer. On a marqué deux buts, on aurait pu en marquer quelques uns de plus. On progresse, tout n'est pas parfait mais les joueurs sont conscients qu'on a un potentiel qui ne demande qu'à progresser.  Chaque match a sa vérité. Ce soir on a été meilleur que l'équipe d'Ukraine et  Dieu sait que ce n'était pas facile parce qu'il y avait tout un stade derrière  elle. Il va bien falloir récupérer."

Karim Benzema (France): "Après  le match de l'Angleterre, c'était important de prendre trois points. On a  failli commencer puis il y a eu l'orage; Dans le vestiaire, on ne savait pas si  le match allait pouvoir reprendre. Mais finalement le terrain était en bon  état. On est resté concentré mais c'était difficile avec une telle coupure.  Cela faisait un moment que l'on n'avait pas gagné en Coupe du monde ou à  l'Euro. On est très fier de ce résultat. On a joué ensemble, on a eu des  occasions, fait du jeu. Il faut continuer. On les a fait courir puis après on a  eu la maîtrise du ballon. C'est toujours bien de marquer ou de faire marquer.  Ce n'est pas pareil qu'un but mais ça me fait plaisir car j'aime bien  participer au jeu. En plus, c'est pour Ménez, mon pote. Il pourrait en marquer  encore plus s'il se mettait plus d'objectifs dans sa tête. Il en a raté 2-3  avant mais je suis sûr qu'il va monter encore plus en puissance. Je suis  content mais je ne pense pas qu'à moi.

Gilles Gaillard