Giroud Pays-Bas France
Olivier Giroud a trouvé le chemin des filets contre les Pays-Bas | FRANCK FIFE / AFP

La France a bien célébré la victoire du jeu

Publié le , modifié le

L'équipe de France continue sa montée en puissance avant l'Euro. Vendredi, les Bleus ont célébré le jeu offensif prôné par Johan Cruyff en s'imposant 3-2 aux Pays-Bas. Une affaire rondement menée avec deux buts inscrits très rapidement par Antoine Griezmann, d'un superbe coup franc (6e), et Olivier Giroud (13e). Les Néerlandais ont égalisé par Dejong (47e) et Affelay (86e), mais Matuidi, n°14 sur la dos, a offert la victoire à son équipe (88e). Pour son retour sous le maillot tricolore, Dimitri Payet a marqué des points.

Le football c'est la vie. Celui prôné par Johan Cruyff l'était totalement. Dans une ambiance toute en recueillement, les Bleus ont rendu un bel hommage au génie néerlandais en livrant un match plein d'envie et de jeu. Bien plus que des Oranje tout pâles dont on comprend mieux les maux et la non-qualification pour l'Euro. La France a, elle, une échéance très importante dans un peu plus de deux mois et certains joueurs avaient une belle carte à jouer alors qu'il ne restera plus que le match contre la Russie mardi, au Stade de France, pour se mettre en évidence.

Celui qui avait le plus à gagner ou à perdre, c'était Dimitri Payet dont le retour chez les Bleus était attendu. Le joueur de West Ham n'a pas déçu en dynamisant le jeu français. C'est lui le premier qui a mis la pression sur Cillessen d'une frappe enroulée (4e). Le meneur de jeu des Hammers n'aura de cesse d'orienter les actions tricolores, de délivrer des passes de but ou de tenter lui-même sa chance (12e, 31e). Face au but batave, Payet ne réussira qu'à trouver le poteau (59e), mais c'est bien lui qui sera à l'origine du but de la victoire en décalant Martial à gauche, le Mancunien servant à son tour Matuidi pour une frappe entre les jambes de Cillenssen (2-3, 88e).

Griezmann, Giroud et Payet marquent des points

La France avait repris l'avantage faute d'avoir su tuer le match en deuxième mi-temps. Les Bleus étaient pourtant ultra-dominateurs et avaient logiquement creusé l'écart en moins d'un quart d'heure. Tout d'abord sur un magnifique coup franc de Griezmann, qui avait obtenu la faute. Comme avec l'Atlético Madrid contre Gijon, l'attaquant français glissait le ballon dans les filets alors que Cillessen était parti du mauvais côté (0-1, 6e).

Les Oranje amorphes, les hommes de Deschamps continuaient d'appuyer. Olivier Giroud marquait des points et un but sur un corner mal renvoyé. Une belle reprise en pivot pour sceller définitivement sa place dans les 23 (0-2, 13e). L'arbitre ne laissait pas les Néerlandais faire l'engagement pour rendre un ultime hommage à Johan Cruyff. Les Bleus l'honoraient à leur manière lors d'une action collective éclatante où il n'a manqué que le but. Une nouvelle fois la relation Payet – Matuidi aboutissait à un centre vers la tête de Griezmann mais au dessus du but (18e). Les Français étaient tout proches du K.-O. sur un autre centre de Payet pour la tête de Griezmann. Il fallait cette fois un arrêt spectaculaire du pied de Cillessen (25e). Si on ajoute un penalty oublié sur Matuidi (27e), la France avait offert un beau spectacle aux spectateurs de l'Amsterdam ArenA.

Affelay pas l'invité

Les Pays-Bas n'avaient pas vraiment su se montrer dangereux en première période. Ils se relançaient dès le retour des vestiaires grâce à une petite poussette de Koscielny et le bras de Dejong que l'arbitre n'avait pas vu toucher le ballon qui trompait Mandanda (1-2, 47e). Titularisé dans les buts, le gardien de l'OM se montrait vigilant sur les tentatives de Klaassen (55e, 61e, 72e).

Les Néerlandais parvenaient à égaliser sur une frappe d'Affelay étrangement seul à l'entrée de la surface sur un corner (2-2, 89e). C'était dur à avaler mais les Bleus en voulaient plus et arrachaient la victoire dans la foulée par Matuidi. Sans faire de plan sur la comète, l'état d'esprit qui anime ces Bleus et sa qualité technique seront des atours sérieux dans les prochaines semaines.