Croatie Supporters
Les supporters croates dans le viseur de l'UEFA | Anton Denisov / RIA NOVOSTI

La Croatie risque gros

Publié le , modifié le

La sélection de Croatie risque gros par la faute de ses supporteurs, coupables d'actes de racisme envers l'Italien de parents ghanéens Mario Balotelli, car l'UEFA a déjà frappé fort récemment avec l'équipe de Russie à la suite d'exactions de hooligans russes à l'Euro 2012. Le cas croate sera examiné mardi. Mais l'équipe à damiers peut trembler avec la procédure disciplinaire ouverte contre elle samedi par l'UEFA.

Michel Platini, président de l'UEFA, a suffisamment martelé ces derniers  mois son message de "zéro tolérance" en matière de hooliganisme et de racisme.  L'Union européenne est désormais dans une phase de sanctions lourdes. C'est une réalité. La tolérance zéro sévit lors de l'Euro. Pour des exactions de hooligans russes (agression de stadiers notamment)  durant cet Euro, l'UEFA a ainsi menacé mercredi de retirer six points pour la  prochaine campagne de qualification européenne, celle de l'Euro-2016, à  l'équipe russe en cas de nouveaux dérapages de ses fans. Le sursis infligé aux  Russes va jusqu'à l'automne 2015, fin des barrages pour les qualifications de  l'Euro 2016. a Croatie pourrait écoper d'une sanction lourde du même type. Car les  faits rapportés sont graves.

Banane

Au-delà des nouveaux fumigènes allumés et lancés par des fans croates (qui  ont déjà valu une amende de 25.000 euros à la Fédération croate pour un  précédent match de l'Euro 2012), Italie-Croatie (1-1) jeudi a été le cadre  d'insultes racistes visant Mario Balotelli, avaient rapporté vendredi un  photographe de l'AFP, puis un réseau antiraciste travaillant dans le football. Une banane avait été ramassée jeudi par un stadier au pied d'une tribune de  supporteurs croates d'où étaient partis des cris de singe en direction de Mario  Balotelli.  Celui-ci était situé dans le coin du terrain où étaient installés une  majorité de supporteurs croates et a entendu des "cris de singe" constants  adressés à Balotelli. Le photographe a vu un stadier ramasser une banane jetée  sur le terrain. L'UEFA mentionne l'utilisation de "symboles racistes".

Puis, le réseau FARE (Football contre le racisme en Europe) a indiqué sur  son compte Twitter vendredi que ses observateurs avaient noté qu'entre 300 et  500 supporteurs croates avaient été à l'origine de chants racistes contre  Balotelli.  "Nous avons deux observateurs par match et ils parlent la langue des deux  équipes engagées, a confirmé Piara Powar, directeur du FARE, interrogé par  l'AFP. Ils nous ont dit qu'entre 300 à 500 fans croates étaient impliqués dans  des chants racistes. C'est un grand nombre. C'était intermittent puis ça a  progressé durant le match. Et ça s'est intensifié quand Balotelli a été  remplacé."

"Choqué"

"Notre observateur italien, qui est un fan de foot, nous a dit qu'il a été  choqué par ce qu'il a vu et entendu. Nous avons donné le rapport à l'UEFA",  avait poursuivi ce responsable. FARE avait, en revanche, félicité par tweet "les fans italiens pour avoir  encouragé Balotelli. Beaucoup ont chanté pour couvrir les cris de singe". L'équipe de Russie a déjà tiré les leçons de l'épée de Damoclès au-dessus  de sa tête avec la menace de retrait de six pour la campagne de qualification  du futur championnat d'Europe, organisé en France en 2016. 

Alors que les joueurs rechignent généralement à parler devant la presse de  sujet hors football, Alan Dzagoev, attaquant vedette de la Russie, a déclaré  vendredi soir devant micros et caméras: "Peut-être qu'ils (les fans russes)  devraient être plus calmes. Nous n'avons pas besoin de perdre six points dans  les prochaines qualifications, nous ne voulons pas quelque chose de négatif  pour notre équipe nationale". Le message passera-t-il ?

AFP