Toby Alderweireld
Toby Alderweireld a ouvert le score pour la Belgique contre la Hongrie | AFP

La Belgique fait craquer une valeureuse Hongrie

Publié le , modifié le

Face à une équipe de Hongrie joueuse, la Belgique a fait parler son talent pour s’imposer sur le score -très- sévère de 4-0 et décrocher son billet pour les quarts de finale de l’Euro 2016. Pour une place dans le dernier carré, les Diables Rouges retrouveront le 1er juillet le Pays de Galles, tombeur de l’Irlande du Nord (1-0).

Cette fois, le désormais mythique jogging gris du quarantenaire Kiraly n’aura pas porté chance aux Magyars. Avant même le coup d’envoi, ce huitième de finale débutait mal pour la sélection hongroise, avec la blessure à l’échauffement de Lazslo Kleinheisler. Privée de son meilleur joueur au dernier moment (remplacé par Adam Pinter), la Hongrie a pourtant tenté de rivaliser dès les premières minutes avec les favoris belges. Mais malgré les encouragements des nombreux spectateurs hongrois, la domination des Diables Rouges ne s’est pas fait attendre, pas plus que le but belge. C’est sur un coup franc excentré de De Bruyne qu’Alderweireld a ouvert le score 1-0. Appliquant une curieuse défense en zone, les Hongrois ont été logiquement punis, dès la 10e minute.

Absente du championnat d’Europe des nations depuis 44 ans, la Hongrie a néanmoins démontré une nouvelle fois qu’elle pouvait proposer un football alléchant. Meilleure attaque de la phase de groupes (avec le Pays de Galles), la sélection dirigée par Bernd Stork est restée dangereuse sur des contre-attaques bien construites. Mais il lui a été bien difficile de contenir les accélérations de Hazard, ou les inspirations de De Bruyne. Sur un coup franc bien placé, ce dernier a d’ailleurs vu sa frappe déviée in extremis par Kiraly (35e). Comme face au Portugal, les attaquants hongrois ont eux aussi donné du fil à retordre à la défense belge, et des frappes de Lovrencsics (40e), puis Dzsudzsak (41e) ont redonné espoir aux Magyars.

Et Hazard a​ agi…

Conscients qu’ils n’étaient pas encore à l’abri d’une réaction adverse, les protégés de Marc Wilmots ont débuté la deuxième période tambour battant, à l’instar de Hazard, auteur d’une belle frappe détournée brillamment par le gardien aux 107 sélections. Mais une fois encore, les Hongrois n’ont rien lâché, et sont restés toujours aussi dangereux comme sur ce centre de l’incontournable Dzsudzsak pour la tête de Szalai, déviée au dernier moment par Vermeulen (54e). Alors que la possession de balle était hongroise (55 contre 45 %), les tentatives de tirs belges était à l’avantage des Diables Rouges (21 contre 8) à l’heure de jeu. Les 35 000 spectateurs du Stadium n’ont cessé de se régaler devant le spectacle proposé par les 22 acteurs.

Poussés par leurs supporteurs, les Magyars ont continué d’y croire, et Pinter a bien failli trouver la faille après un enchaînement crochet-frappe sous le nez de Witsel, et dévié par Alderweirld (66e). Trois minutes plus tard, Juhasz a lui aussi eu le ballon d’égalisation au bout du pied, mais sa frappe croisée a frôlé le poteau des buts de Courtois. Mais ces efforts n’ont pas été récompensés et Hazard a fait la différence en devenant passeur décisif sur le deuxième but belge signé Batshuayi (78e, 2-0), puis buteur deux minutes plus tard après un long crochet et une frappe qui a trompé Kiraly (80e, 3-0). Si les Hongrois auraient mérité de sauver l’honneur, c’est Carrasco qui a enfoncé le clou dans les arrêts de jeu (4-0, 90+1). Malgré cette sévère défaite, les Hongrois auront démontré qu’ils n’avaient pas terminé premiers de leur groupe par hasard. La Belgique quant à elle, a livré son match le plus abouti de cet Euro et va avoir l’occasion de montrer encore tout le bien que l’on pense d’elle dans un quart de finale à sa portée, face au Pays de Galles.

Romain Bonte