Laurent Koscielny
Laurent Koscielny | AFP - FRANCK FIFE

Koscielny est "là pour jouer"

Publié le , modifié le

Le défenseur de l'équipe de France Laurent Koscielny est revenu sur son "parcours semé d'embûches", lors d'une conférence de presse à Clairefontaine où il a rejoint à la préparation de l'Euro un groupe encore restreint. Il dit avoir "gagné en maturité" après une saison difficile avec Arsenal, couronnée in extremis par une 3e place et une qualification pour la Ligue des champions.

Que vous inspire la perspective de disputer l'Euro?

"Je n'y suis pas encore, je suis dans la pré-liste. Faire une grande compétition, c'est une grande fierté. Il y a deux-trois ans, je ne pensais pas être ici. Mon parcours a été semé d'embûches, il n'est pas atypique mais je profite des bons moments et je suis content d'être là. J'ai 26 ans, j'ai envie de goûter à une grande compétition. Il y a 5-6 ans, j'étais en galère à Guingamp et il a suffi d'un coach pour que ça change. Il y a eu du travail, je suis resté humble et j'ai eu aussi un peu de chance. Je ne sais pas si je suis un exemple mais je me suis donné les moyens d'aller le plus loin possible. Cela a été compliqué pour moi mais il y a des choses plus compliquées dans la vie  que le football." 

 Ressentez-vous une pression particulière avant l'Euro? 

"Pas particulièrement. Chacun doit montrer qu'il peut aider l'équipe à  progresser et montrer qu'il a envie d'aller à l'Euro. J'ai gagné en maturité. C'est l'une des saisons que j'ai le plus appréciées. On a connu des situations difficiles avec Arsenal, des gens nous ont mis la pression mais on a su collectivement relever la tête et tous les joueurs en sortent grandis."

Quel rôle vous voyez-vous tenir derrière la charnière centrale  Rami-Mexès? 

"Je suis là pour montrer que j'ai envie de jouer. C'est peut-être ma première compétition internationale et je serai là au cas où l'un des deux aura un empêchement, pour aider les coéquipiers et le collectif. J'ai envie de jouer, de faire partie de cette équipe. Je veux aussi démontrer mes qualités. Que ce soit Adil, Philippe ou moi,  nous sommes tous là pour aider le collectif. Je réponds présent pour faire le boulot sur le terrain. Après c'est le sélectionneur qui décidera."