Griezmann et Payet sauvent la France et la qualifient pour les 8e de finale

Griezmann et Payet sauvent la France et la qualifient pour les 8e de finale

Publié le , modifié le

Que ce fut dur. Poussifs, décevants en première mi-temps, les Bleus de Deschamps ont eu du mal à faire la différence face à une équipe d’Albanie bien repliée défensivement. Et puis Griezmann est entré en jeu, et est parvenu à concrétiser les nombreuses occasions de la sélection française en marquant à une minute de la fin du temps additionnel. Payet a alourdi le score, permettant ainsi aux Bleus de s'imposer sur le score de 2-0, et de se qualifier par la même occasion pour les huitèmes de finale.

La première période est franchement décevante, pour ne pas dire inquiétante. Les Bleus ne parviennent pas à se créer de franche occasion. Martial et Coman, titularisés à la place de Griezmann et Pogba, sont transparents et ne font pas la différence face à une équipe d’Albanie bien organisée. C’est bien simple, pour la première fois depuis France-Roumanie en 2008, les hommes de Deschamps ne parviennent pas à cadrer un seul tir au terme de ces 45 premières minutes. Anthony Martial, qui apparaît dépassé, cède sa place à Paul Pogba dès la sortie des vestiaires.

Payet à nouveau décisif

L’attaquant d’Arsenal est en feu en cette seconde période, et trouve le poteau deux minutes plus tard, après avoir été bien servi par Evra. Le sélectionneur décide d’abattre sa dernière carte, en sortant le Gunner pour laisser rentrer André-Pierre Gignac, qui fête ici ses retrouvailles avec le Vélodrome. Il ne reste alors que quinze minutes aux coéquipiers de Matuidi pour tenter de percer le mur albanais. C’est ce qu’essaie de faire Payet dans la surface, en délivrant un beau ballon à Sagna, mais sa volée qui finit juste au-dessus des buts de Berisha (79e).

Koscielny (81e) puis Griezmann (83e) tentent leurs chances face aux cages albanaises, sans succès. Les Bleus sont omniprésents dans la surface adverse, mais sans réussite. L’attaquant de l’Atletico ne faiblit pas, et marque de la tête à une minute de la fin du temps additionnel (89e). Dimitri Payet alourdit la marque en marquant son deuxième but de la compétition (90+5e). 

Griezmann, ménagé en première période, et Payet sauvent ainsi les Bleus de ce qui aurait été une belle déconvenue, et les qualifient par la même occasion pour les 8e de finales. Le premier fait ainsi taire les inquiétudes à son sujet, quand l'attaquant de West Ham confirme qu'il est bel et bien l'homme en forme des Bleus. Dimitri Payet rentre d'ailleurs dans l'histoire de la compétition en inscrivant le but le plus tardif de toute l'histoire de l'Euro, selon l'UEFA

Les réactions d'après-match :​

Antoine Griezmann : "On est 23 et le coach gère un groupe. Le coach m'avait dit d'être prêt et de tout donner quand je rentre. Ce but c'est une revanche sur mon premier match. Les équipes adverses nous attendent et défendent bien. Tant qu'on assure derrière, devant, on fera le boulot."

Dimitri Payet : "On va essayer de mettre un terme aux scénarios fous comme ça... Si on entre dans le match comme on l'a fait en deuxième période, on peut marquer plus tôt et être plus serein. En première période, ils étaient frais et regroupés devant le but et j'avais moins de ballons que d'habitude. Ensuite, avec l'entrée de "Paulo" (Paul Pogba, NDLR) et "Grizou" (Antoine Griezmann), c'était différent, on a plus écarté le jeu."

Hugo Lloris : "C'est très bien et bon pour le moral de se qualifier au deuxième match. On a été patient et on le mérite. On aurait pu et dû faire mieux en 1re période. On a gardé notre calme, on a joué plus haut et on a provoqué cette réussite. Marquer tard, c'est bon pour le moral. Que ce soit Paul ou Antoine, ils s'inscrivent dans le collectif, on a besoin de tout le monde. Ils ont donné la meilleure des réponses en étant décisifs. Paul a permis de faire jouer l'équipe plus haut. Aujourdhui on a manqué d'intensité et d'agressivité en 1re période. Le terrain ne nous a pas aidé. Tout se construit. On prend de la confiance et on abordera le match suivant avec plus de confiance. On avait travaillé ce système il y a deux jours. Le changement tactique nous a permis d'aller chercher plus haut."

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou