Olivier Giroud Montpellier
Olivier Giroud (Montpellier) | AFP - FRED TANNEAU

Giroud: "Je pense que c'est mérité"

Publié le , modifié le

L'attaquant de Montpellier Olivier Giroud, appelé pour la première fois en équipe de France pour les matches amicaux contre les Etats-Unis et la Belgique (11 et 15 novembre), a estimé mardi que cette sélection était "méritée", espérant "qu'elle en appellerait d'autres". "Si je suis là, c'est grâce à Montpellier et à notre bonne saison. Je suis content et fier, mais je n'oublie pas mes partenaires", a-t-il dit.

Q: Quelles ont été vos premières impressions au château ?
R: "C'est particulier. J'étais venu il y a dix ans pour un rassemblement en moins de 15 ans. Mais je n'étais jamais entré. C'est très joli, il y aussi beaucoup d'émotion, avec de grands joueurs en photo sur les murs. Moi je prends des photos avec mes yeux pour me souvenir, mais j'espère revenir et que cette sélection en appellera d'autres. En arrivant je me suis trompé de porte. On m'a dit +tu dois être le petit nouveau+. Pour le reste, ça s'est passé tout naturellement. J'ai vu Koscielny que j'avais côtoyé à Tours. On s'est remémoré le bon vieux temps. J'ai rencontré le staff, il y a beaucoup de monde, je n'ai pas retenu tous les prénoms, mais ça va se faire progressivement. Les joueurs me mettent à l'aise, j'ai déjà discuté avec certains d'entre eux."

Q: Vous vous êtes préparé pour le bizutage ?
R: "Chanteur, ce n'est pas ma qualité première mais je vais forcer ma nature. Je répète toutes les heures (rires). Non, je connais bien le texte. C'est secret, ce sera une surprise pour mes partenaires. C'est une vieille chanson française, de Joe Dassin. L'Amérique ? Ca aurait pu, mais non."

Q: A votre avis, pourquoi Laurent Blanc vous a-t-il fait confiance ?
R: "Si je suis là, c'est grâce à Montpellier et à notre bonne saison. Je suis content et fier, mais je n'oublie pas mes partenaires. Mais je suis aussi là parce que j'ai des qualités et je compte saisir ma chance. Le coach a dit qu'il voulait me donner du temps de jeu. Et après, je vais m'efforcer de finir en haut de tableau avec Montpellier et en haut du classement des buteurs."

Q: Quelles sont vos qualités ?
R: "Le jeu dos au but, les remises, les déviations. J'aime les duels aériens. Je peux apporter un plus dans ce domaine. Et je suis un attaquant obsédé par la cage. J'espère que je serai aussi efficace qu'en club."

Q: Les Bleus, vous y pensiez quand vous étiez à Tours, en L2 ?
R: "Chacun en rêve, mais ce n'était pas une obsession. J'ai pris conscience avec ma première bonne saison en L1 que je pouvais bousculer la hiérarchie et pourquoi pas avoir ma chance. Il fallait confirmer. Pour l'instant, ça se passe bien. Mais cette sélection n'est pas une fin en soi, tout ne va pas se jouer que sur ces deux matches mais aussi sur ma fin de saison en club."

Q: Vous vous attendiez à être appelé ?
R: "J'étais très fier de ma première présélection, ça m'a encouragé. A la deuxième, je me suis dit que j'étais sur la bonne voie. Je suis co-meilleur buteur, on est deuxième, j'espérais bien être dedans. Je ne veux pas dire que c'était logique mais j'espérais vraiment. Je crois que c'était le moment. Je suis efficace, performant, tout se passe bien avec Montpellier. Je pense que je passe un cap actuellement. Je pense que c'est mérité."

Q: Qu'est-ce qui vous sépare d'un joueur comme Karim Benzema ?

R: "Une centaine de matches de haut niveau. C'est un joueur de classe internationale, moi un bon joueur de L1 même si j'ai franchi un palier."

Q: La suite, ça passe par un grand club français, par l'étranger ?

R: "Je suis très bien à Montpellier, je m'éclate. Je ne veux pas dénigrer Montpellier en disant que si j'ai un appel du pied d'un grand club, je partirai. Mais je suis ambitieux, je rêve de jouer la Coupe d'Europe et ça sera déterminant. J'ai toujours dit que je rêvais de jouer en Angleterre, je ne sais pas si ça passera par une étape en France."