Lille Eden Hazard 1ere journée 2001-2012
Eden Hazard | AFP - Patrick Hertzog

France-Belgique: Hazard le "frère ennemi"

Publié le , modifié le

Eden Hazard focalisera toute les attentions mardi à Paris lors d'un match, amical dans tous les sens du terme, entre la Belgique, son pays de naissance et la France, son pays d'adoption, dont il sera "le 1er supporteur" à l'Euro. Dans un Stade de France qu'il "adore", face à "des amis et des équipiers", devant ceux qui le considèrent comme le meilleur joueur de Ligue 1, le feu follet lillois de 20 ans s'apprête à vivre une soirée particulière.

"Malgré l'intérêt médiatique que ce match suscite autour de ma petite  personne, je ne le considère pas comme un match spécial. Même si je ne  bouderais pas mon bonheur si je parvenais à inscrire un but, l'essentiel, pour  moi, sera de prendre du plaisir. Comme d'habitude...", a confié le  meneur de jeu lillois.  Et si Hazard était opposé directement à Debuchy, son partenaire au LOSC ? "Quand on se retrouve face à des joueurs que l'on côtoie au quotidien, on a  envie de briller, ne serait-ce que pour éviter de se faire chambrer en  rentrant. Il s'agirait en outre de mon premier duel en sélection face à un  Lillois", fait remarquer le jeune Belge.

Eden Hazard avoue avoir un rêve: s'imposer au Stade de France.  "J'aime beaucoup ce stade. Je  m'y suis produit à deux reprises avec Lille (en championnat contre Lyon et en  finale de Coupe de France contre le PSG) et à chaque fois nous nous  étions imposés", se remémore le plus Français des Diables Rouges. Débarqué dans le Nord depuis ses 14 ans, le jeune prodige n'a cependant jamais songé à  demander la nationalité française. "Je suis à 100% Belge et fier de l'être. Mais je n'oublie pas ce que la  France m'a apporté depuis sept ans maintenant, au niveau du football mais pas  uniquement. C'est là que j'ai été formé, que j'ai grandi. La France, c'est ma  deuxième patrie. Allez, disons que je suis Belge à 99% et Français à 1%",  s'amuse-t-il.

Hazard, qui répète régulièrement que ses deux modèles sont "Zinedine Zidane  et le Thierry Henry de l'époque Arsenal", assure aussi qu'il sera "le premier  supporteur de l'équipe de France" lors de l'Euro-2012, que la Belgique ne  disputera pas.  "J'ai toujours supporté la France. L'équipe de 1998 m'a fait rêver. Et si  aujourd'hui, l'équipe de Laurent Blanc se reconstruit en intégrant de nouveaux  joueurs, elle reste selon moi l'une des meilleures du monde", affirme celui qui  fêtera déjà sa 25e sélection mardi sous le maillot belge "Je commence à faire mon trou. J'ai fait des bons matches et des moins  bons. Le public belge me connaît de mieux en mieux et semble m'apprécier",  conclut Hazard qui avoue ne pas vouloir s'enflammer. Mais il sait qu'il sera beaucoup scruté dans ce match contre les Bleus et espère vraiment pouvoir à cette occasion inscrire son 2e but avec les Diables rouges. Le sélectionneur Georges Leekens, avec qui les relations semblent apaisées  après une longue période de tensions, le souhaite ardemment, lui qui avait  laissé Hazard sur le banc vendredi face à la Roumanie (2-1) afin "qu'il soit  à 100% pour sortir un gros match face à la France".

Voilà donc les Français prévenus. Le plus tricolore des Belges abordera cette rencontre avec beaucoup d'envie et la volonté de faire briller ses couleurs. S'il se sentira évidemment assez proche de ses adversaires d'un soir, il n'a pas l'intention pour autant de leur faire de cadeau.