Italie-Eire
Avant la folie du match, les supporters irlandais récupèrent aux abords du stade Pierre-Mauroy. | Nicolas Gettliffe - France TV

Fête celtique dans le Nord

Publié le , modifié le

Même s'il ne lui reste qu'une toute petite chance de qualification (battre l'Italie à tout prix !), l'Irlande garde le soutien de tout un peuple. "The Green Army" a débarqué dans la bonne humeur dans la capitale des Flandres. Et le stade Pierre-Mauroy s'est vite paré de vert...

Dans la petite église de Limerick, des cierges ont été allumés. C'est Esther qui l'assure. Cette supportrice, coiffée d'un haut de forme et décorée de trèfles, a eu son frère Ian au téléphone. Tout est prévu du côté de l'Irlande... La bière coule à flot dans les pubs et les violons entament des mélopées celtiques qui ne peuvent laisser indifférent. Par procuration, Lille est devenue depuis vingt-quatre heures une banlieue de Dublin. "J'avais été en Pologne pendant les éliminatoires, c'était sympa ! se remémore Esther, mais j'aime mieux vivre cet Euro en France. Les habitants ont plus envie de s'éclater avec nous. C'est festif ".

Toit fermé et espoir irlandais

L'effet de bande est moins marqué chez les tifosi. Par petits groupes, les fans italiens se saluent, avant de consulter les plans, histoire de déchiffrer les indications de l'UEFA sur leurs billets. Pas toujours simples... "On est décontractés ce soir, c'est un match "amical" pour la Nazionale, reconnaît Stefano, informaticien à Bruxelles et donc venu en voisin. Ce sera plus tendu lundi, lors du huitième de finale contre l'Espagne. Je vais vous dire, je préfère qu'on prenne la Roja plutot que la Croatie. Eux, ils sont redoutables !" En creux, le tenant du titre ne fait guère peur aux Italiens, d'autant que la Squadra Azzurra n'a toujours pris aucun but au cours de cet Euro.

Accolades et sourires entre supporters se succèdent, après les traditionnelles fouilles de sécurité aux abords de l'enceinte au toit fermé. On craint les orages dans la soirée. Shane s'en frotte les mains : "Tant mieux ! On n'est jamais aussi bons que lorsque l'ambiance est électrique... Au cours de cet Euro, je rêvais que mon équipe rencontre l'Angleterre, mais ça va être difficile." Pour un tel rendez-vous, il faudrait un exploit des Verts ce soir. L'heure du réveil a sonné pour la "Green Army" !

Nicolas Gettliffe