Fernando Santos (Portugal) en conf de presse Euro 2016
Fernando Santos, le sélectionneur du Portugal. | Handout / UEFA / AFP

Fernando Santos (Sélectionneur du Portugal) : "La Pologne est solide"

Publié le , modifié le

"La Pologne est solide et se projette vite devant pour contrer", a prévenu mercredi le sélectionneur du Portugal Fernando Santos, estimant que le quart de finale de l'Euro-2016 jeudi à Marseille (sud-est) entre les deux sélections, c'était "du 50-50".

Comment jugez-vous l'évolution de la Pologne depuis votre rencontre à l'Euro-2012, alors que vous étiez sélectionneur de la Grèce ?
Fernando Santos : "C'est vrai, je me rappelle bien les avoir affrontés en match d'ouverture, chez eux. Il leur reste 4-5 joueurs comme Kuba (Jakub Blaszczykowski) ou Robert Lewandowski. Elle a beaucoup progressé, à son rythme, mais elle est très solide. On l'a vu au 1er tour et pendant les éliminatoires, où elle a pris quatre points à l'Allemagne. Si mon collègue pense que son équipe va passer, il en a le droit, mais moi aussi je pense pareil. Il n'y a aucun favori, c'est du 50-50".

Cela sera-t-il plus simple que contre la Croatie en 8e ?
F.S. : "Pas du tout, ce serait une erreur de penser cela. Ca se jouera sur des détails. Chaque équipe joue avec son projet de jeu, mais je ne vais pas vous dévoiler notre plan".

À quel Portugal s'attendre ?
F.S. : "Je pense qu'on verra plutôt l'équipe qui a battu la Croatie. Si on avait attendu la Croatie, on aurait perdu. La Pologne est solide et se projette vite devant pour contrer. On aura du travail derrière, mais on va essayer de contrôler tous les aspects possibles et porter le danger devant quand on aura le ballon. On va essayer de garder notre équilibre".

En fait-on trop autour de Ronaldo ?
F.S. : "Tout le monde parle de lui, mais pourquoi? Parce qu'il est excellent. Il a beaucoup tiré jusque-là sans beaucoup de réussite, car les adversaires sont restés vigilants. Il y a des centaines de bons joueurs ici dont on ne parle pas. Mais c'est normal de parler de lui, de Neuer ou des très grands. Après je pense que Ronaldo sait très bien s'adapter à cette situation".

Un jeune comme Renato Sanches est-il prêt pour ce genre de défi ?
F.S. : "Il a commencé à travailler avec nous en mars, je dois continuer de voir avant chaque match s'il est en mesure d'apporter quelque chose. Il y a très peu d'équipes comme le Portugal, qui jouent avec des moins de 21 ans, et même des moins de 19 ans dans le cas de Sanches. Ils ont très peu d'expérience et de sélections, alors il faut suivre leur progression".

L'état de la pelouse du Vélodrome de Marseille, critiquée au 1er tour, vous inquiète-t-il ?
F.S. : "Je ne sais pas si elle est excellente, mais elle est en bien meilleur état qu'avant. Les deux équipes sont très techniques, elles aiment pratiquer ce football, et c'est bien car on peut jouer au sol".

Les Polonais semblent redouter les fautes sur Lewandowski...
F.S. : "Je ne crois pas que les arbitres puissent subir des pressions ou être influencés à ce niveau de compétition. Je suis sûr qu'ils seront excellents et à la hauteur".

La défaite 3-2 après prolongation en demi-finale de l'Euro-84 à Marseille contre la France est-il dans vos têtes ?
F.S. : "Évidemment que l'on se rappelle de ce match. Mais on ne peut pas comparer, car c'était contre la France et je pense que le résultat sera différent".

AFP

Euro