Espagne Euro 2012
La joie des Espagnols en finale d'Euro 2012 à Kiev, remportée 4 à 0 face à l'Italie. | FRANCK FIFE / AFP

Euro 2016 : L’Italie revancharde face à son chat noir espagnol

Publié le , modifié le

C’est le choc de ces huitièmes de finale, mais aussi un grand classique. L’Italie affronte l’Espagne ce lundi à 18h sur la pelouse du Stade de France. L’occasion pour les Italiens de prendre leur revanche sur la finale de l’Euro 2012…

Elles ne devaient se rencontrer qu’en finale. Et pourtant. Le faux pas de l’Espagne face à la Croatie en dernier match de poule nous permet de vivre ce choc dès les huitièmes de finale. Etonnante depuis le début de l’Euro, l’Italie va vouloir prendre sa revanche face à une Espagne qui ne lui réussit pas depuis plusieurs années, mais qu’elle connait bien. Les deux équipes se sont rencontrées à 6 reprises en Coupe d’Europe. Ce qui en fait le match le plus joué de l’histoire de l’Euro.

La vendetta italienne ?

Sur l’ensemble des rencontres entre les deux nations, les statistiques sont très partagées. En 34 matchs, chaque équipe compte 10 victoires, contre 14 résultats nuls. Mais la dernière victoire italienne en match officiel remonte à… 1994, et un succès 2 à 1 en quart de finale de Coupe du Monde. Et la balance penche encore plus en faveur de la Roja depuis 2008. Après avoir éliminé la Squadra Azzura en quart de finale de l’Euro 2008, l’Espagne lui a infligé une véritable humiliation lors de l’édition suivante, en la dominant 4 à 0 en finale 2012.

Une défaite qui reste en travers de la gorge des Italiens, qui voudront se racheter ce soir. Le défenseur Giorgio Chiellini veut briser la malédiction face à l’Espagne. « C’est dommage que ce match arrive si vite. Il est clair que l’Espagne est notre bête noire depuis 2008, cette défaite avait lancé leur cycle victorieux avec deux Euros et une Coupe du monde », analyse-t-il. « Sur le papier, l’Espagne est presque imbattable, mais si on est au top de nos qualités, et si on arrive à limiter les leurs, on peut réussir quelque chose ». Thiago Motta reconnait pour sa part la supériorité espagnole. « On sait que l'Italie n'est pas au niveau de l'Espagne ou l'Allemagne mais on sait qu'on peut gagner en jouant sur nos forces. L'Espagne est favori du huitième de finale mais on va essayer de faire les choses qu'on sait bien faire ».

« La pire équipe que l’Espagne pouvait affronter »

Ce huitième de finale devrait se montrer plus serré que la finale 2012. Pour se défaire de l’équipe italienne, les Espagnols, habitués à attaquer, devront transpercer son mur de fer défensif. Très solide depuis le début de cet Euro, la défense à trois de la Squadra Azzura pourrait poser de sérieux problèmes aux hommes de Del Bosque. Face au trio « BBC » composé d’Andrea Barzagli, Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini, et au pilier Gianluigi Buffon, les Espagnols pourraient avoir du mal à trouver les buts et pourraient se faire surprendre en contre face à des Italiens habitués à évoluer dans cette configuration. Depuis le début de la compétition, l’Italie n’a concédé que 4 tirs cadrés.

Et les Espagnols ont conscience des difficultés qui les attendent. « Ce sera un match intéressant. L’Espagne dominera parce que l’Italie préfère ne pas avoir la possession du ballon », considère Xavi. La différence entre les deux équipes c’est que la Roja souffre sans le ballon et l’Italie non. Eux ils aiment la bataille, c’est la pire équipe que l’Espagne pouvait affronter, on s’est toujours méfié d’eux. Ça sera compliqué pour l’Espagne. »

La sortie de Conte ou Del Bosque ?

Quelle que soit l’issue du match, un entraîneur va tirer sa révérence internationale ce soir. Antonio Conte, qui a déjà paraphé son contrat avec Chelsea pour la saison prochaine, pourrait jouer son ultime match sur le banc italien. Idem pour son homologue espagnol Vicente Del Bosque, qui ne l’a pas annoncé officiellement, mais à laisser entendre qu’il s’agit de sa dernière compétition à la tête de la Roja. Un match de gala qui revêt donc de nombreux enjeux.