Ciro Immobile Shane Duffy Italie Irlande
Duel aérien entre Ciro Immobile et Shane Duffy | MARIUS BECKER / DPA

Euro 2016 : L'Irlande bat l'Italie et retrouvera la France en 1/8e de finale !

Publié le , modifié le

Grâce à un succès obtenu en toute fin de match face à une Italie déjà qualifiée à Lille (1-0), l'Irlande a arraché sa place en huitième de finale de l'Euro où elle retrouvera l'équipe de France. Un adversaire a priori abordable pour les Bleus mais qui a encore prouvé son incroyable bravoure face aux Transalpins.

L'équipe de France connaît donc son futur adversaire en huitième de finale de l'Euro. Ce sera bien l'Irlande, mais pas celle que l'on attendait. Par l'entremise d'une dernière journée de poules complètement folle, c'est bien l'Eire, et non pas l'Irlande du Nord, qui se dressera sur la route des Bleus. L'histoire dira si ces derniers y ont gagné au change. Pour l'instant, il faudra préparer au mieux ce rendez-vous en espérant qu'il ne sera pas parasité par les remugles nauséabonds du fameux barrage de 2010 marqué par la tristement célèbre main de Thierry Henry. 

Les Parisiens Sirigu et Thiago Motta en piste

Pour ce match disputé une nouvelle fois sur la pelouse plus que limite du Stade Pierre Mauroy de Lille, Antonio Conte n'avait  pas suivi les traces de son homologue espagnol Vincente Del Bosque qui avait reconduit son équipe type face à la Croatie, avec la résultat que l'on sait. Le sélectionneur italien, lui aussi assuré de la qualification de son équipe pour les huitièmes de finale, avait préféré faire reposer une grande majorité de ses joueurs cadres, conscient que 3 matchs en 9 jours c'est déjà beaucoup pour les organismes.

Dans le onze aligné face à l'Irlande, seuls Barzagli, qui a hérité du brassard de capitaine, Bonucci, pourtant sous la menace d'une suspension, et Florenzi ont conservé un poste de titulaire. En l'absence de Buffon, le but italien était gardé par Sirigu, le portier du Paris SG, tandis que son coéquipier parisien Thiago Motta était positionné devant la défense à trois. Le moins que l'on puisse dire c'est que si les hommes changent, le style de la Squadra, lui, est immuable. L'Irlande, vaillante, l'a appris à ses dépens. 

Et Brady surgit...

Les Irlandais devaient absolument l'emporter pour espérer arracher leur place en phases finales. Ce n'est pas faute d'avoir essayé mais les hommes de Martin O'Neill se sont longtemps fracassés sur la muraille bleue. Certes le tir de Hendrick frôlait le montant droit de Sirigu (14e), certes ce dernier sortait une superbe claquette sur une tête de Murphy (21e), l'Irlande butait invariablement sur l'organisation transalpine. La seconde période confirmait la tendance. En dépit de tous leurs efforts, les Irlandais ne parvenaient pas à trouver l'espace nécessaire pour forcer le passage tandis qu'Insigne, à peine entré en jeu, faisait passer un frisson dans l'échine du peuple vert en expédiant sa frappe sur le poteau (77e).

Une Eire de déjà-vu

Mais alors que tout semblait perdu, l'Eire, fidèle à son éternel fighting spirit, arrachait le succès sur un coup de tête rageur de Brady qui devançait Sirigu pour offrir la victoire, et la qualification, à son pays (1-0, 85e). L'italie, irréprochable pandant une grande partie du match, payait cher son manque d'implication dans les dernières minutes. Contre de tels guerriers, cela ne pardonne pas. Désormais, les retrouvailles avec l'équipe de France promettent énormément. D'autant que si les Bleus passent, ils pourraient retrouver le vainqueur d'Angleterre-Islande en quarts. Mais on n'en est pas encore là. 

Julien Lamotte

Euro