hongrie belgique hazard
Le Belge Eden Hazard (à droit) et le Hongrois Balazs Dzsudzsak. | BORIS HORVAT LOIC VENANCE / AFP

Euro 2016 : les Belges face à la surprise hongroise

Publié le , modifié le

La Belgique affronte la Hongrie, ce soir à 21h, pour les huitièmes de finale de l'Euro 2016.

La Belgique et la Hongrie s'affrontent ce soir à 21h pour le sixième match des huitièmes de finale de l'Euro 2016. La Belgique, classée dans les outsiders potentiels, a connu un début de tournoi en dents de scie. De son côté, la Hongrie a surpris beaucoup de monde en terminant première de son groupe devant le Portugal, l'islande et l'Autriche. 

La Belgique toujours dans le flou

Après presque deux semaines et trois matchs, on ne sait toujours pas vraiment où en est la Belgique. Les Diables Rouges ont alterné le bon et le moins bon. Une défaite d'entrée contre l'Italie (0-2) puis une claque collée à l'Irlande (3-0) avant une pénible victoire contre une pourtant faible Suède (1-0). Particulièrement pointés du doigts, les pourtant si talentueux joueurs offensifs du royaume. Les ratés face au but de Romelu Lukaku (Everton), Kevin De Bruyne (Manchester City), Eden Hazard (Chelsea) ou encore Dries Mertens (Naples) ont fait réagir au pays "Je m'en bats les couilles tant qu'on gagne", a réagit De Bruyne au micro de la RTBF après la victoire contre la Suède."Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent. On a gagné les deux derniers matches (face à l'Eire et la Suède). Je pense que c'était pas mal et c'est le plus important. Qu'est-ce que vous allez dire si on gagne les quatre prochains matches comme ça? Bravo. Voilà". Leur statut de favoris face aux Hongrois et une partie de tableau particulièrement ouverte (Portugal/Croatie/Irlande du Nord/Galles/Pologne/Suisse) met un peu plus la pression sur les hommes de Marc Wilmots

La Hongrie, surprise du premier tour 

La Hongrie, elle, est tout le contraire. Peu de monde attendait les Magyars au rendez-vous lors de cet Euro. Pourtant, ils sont bel et bien là. Une victoire face à l'Autriche (2-0), pourtant dominatrice une bonne partie du match, les a fait entrer du bon pied dans la compétition. Derrière, un premier nul contre l'Islande (1-1), puis un second, beaucoup plus spectaculaire contre le Portugal (3-3). La Hongrie a pu s'appuyer sur de jeunes milieux pleins d'avenir (Adam Nagy, Laszlo Kleinheiser), un mythique gardien en jogging (le quarantenaire Gabor Kiraly) et des attaquants efficaces (le revenant Balazs Dzsudzak, Adam Szalai et le vétéran Zoltan Gera). Face à la Belgique, les Hongrois n'auront rien à perdre. Et c'est sans doute pour ça qu'ils sont dangereux.