Eden Hazard  et Zlatan Ibrahimovic, les deux capitaines anciens de la Ligue 1
Zlatan Ibrahimovic sert la main d'Eden Hazard lors de Suède-Belgique | AFP - JONATHAN NACKSTRAND

Euro 2016 : La Belgique d'Hazard passe en 8e et élimine la Suède d'Ibrahimovic

Publié le , modifié le

Zlatan Ibrahimovic et Eden Hazard, les deux capitaines respectifs de la Suède et de la Belgique, n'ont pas pesé comme ils le voulaient sur le dernier match de poules de cet Euro. Avec ce court succès belge (1-0), la Suède est éliminée de l'Euro sans avoir gagné le moindre match. L'ancien attaquant du PSG termine ainsi sa carrière internationale, après cette 116e sélection. Pour le Belge, l'espoir de briller à la hauteur de son talent existe encore avec un 8e de finale contre la Hongrie.

Zlatan Ibrahimovic et Eden Hazard devaient être les deux piliers de leur sélection. Avant l'Euro, ils devaient même être les phares de leur équipe nationale, capables de lui montrer le chemin vers les sommets de l'Europe. Mais ni l'un ni l'autre n'ont inscrit le moindre but depuis le début de la compétition. Capitaines, N.10 dans le dos, les points communs entre les deux sont nombreux, jusqu'au PSG, ancien club du Suédois, qui rêverait d'attirer un jour le joueur de Chelsea. Un peu à l'image de leurs promesses, cet affrontement débutait sur un rythme comparable à celui de Portugal-Hongrie (3-3), avant de s'éteindre tant sur le plan du rythme, que de la justesse technique. Sans défaite, la Belgique se qualifiait pour les 8e. Sans victoire, la Suède était éliminée. Les enjeux étaient clairs.

Ibrahimovic, un but refusé qui aurait pu tout changer

Zlatan Ibrahimovic s'était placé un peu plus sous les feux de la rampe en annonçant hier, lors de la conférence d'avant-match, que cet Euro serait sa dernière compétition avec la Suède. Ce match pouvait donc être la dernière sortie internationale du meilleur buteur de l'histoire de la sélection. Les Suédois savaient surtout qu'ils étaient condamnés à gagner pour ne pas être éliminés. Malgré cette pression supplémentaire, le N.10 n'a pas plus brillé en première période que lors des deux matches précédents. Ce n'est pas lui qui a mis fin à 185 minutes de jeu sans cadrer le moindre tir de la part de son équipe dans cet Euro. C'est son compère de l'attaque, Marcus Berg, qui en a été l'auteur, d'une magnifique volée acrobatique dans la surface, que Thibaut Courtois repoussait (5e). A deux reprises, l'ancien attaquant du PSG se faisait chiper le ballon sous le nez alors qu'il armait une volée (23e, 29e). Entre les deux, il reprenait aux 20m un ballon qui frôlait le poteau (26e). Malmené par la charnière Vermaelen-Alderweireld, il avait du mal à s'exprimer.

Au retour des vestiaires, il a réussi à rependre de la tête un centre, sans toutefois cadrer (50e). Sa passe pour Berg, à l'entrée de la surface, était gâchée par son compère avec un contrôle raté (53e). Sous une pression toujours plus importante de la Suède, "Ibra" faisait bien trembler les filets adverses, mais l'arbitre avait sifflé juste avant pour un hors jeu contestable (62e). L'occasion de redevenir un héros de la Suède (comme à l'Euro-2004 avec cette talonnade victorieuse contre l'Italie), pour la dernière fois, était passée. Courtois écartait d'une belle parade sa tentative sur un coup franc à 25m (75e). Après l'ouverture du score, il tentait bien une frappe qui frôlait encore le poteau belge (86e). Une de plus. Sans réussite, il voyait son avenir international s'obscurcir. 

Hazard discret mais toujours en vie

Quant à Eden Hazard avait retrouvé le sourire, et le chemin des passes décisives lors de l'affrontement avec l'Eire (3-0). Pour lui aussi, les 45 premières minutes ont été peu flamboyantes. Sur son côté gauche, il a participé à ce début de rencontre échevelé. Il a patienté jusqu'à la 25e minute pour faire une différence, sur son côté gauche, avec un petit numéro conclu par une passe en retrait pour De Bruyne dont le tir était stoppé par Isaksson. Puis, sur une combinaison à deux avec De Bruyne, il adressait un superbe centre dévié de la tête par Meunier. Le ballon échappait au cadre (45e). Et en deuxième période, c'est plutôt le match qui échappait aux pieds belges, placés sous une énorme pression.

Son collègue organisateur, De Bruyne, adressait un tir puissant était dévié par Isaksson (66e). C'est encore le joueur de City qui délivrait une passe à Lukaku, mais l'attaquant d'Everton perdait son duel avec le portier suédois (73e). L'attaquant de pointe était de nouveau lancé en profondeur, cette fois par Hazard, et il marquait, mais l'arbitre, comme pour le but d'Ibrahimovic, avait sifflé avant pour hors jeu (73e). C'est finalement un tir lointain de Nainggolan qui libérait les Belges (84e). L'ancien Lillois sortait dans le temps additionnel. Contrairement à Ibrahimovic, il aura encore une chance de hausser son niveau pour enfin briller de mille feux dans cet Euro. "Ibrahimovic est un grand monsieur du foot", a salué l'attaquant de la Belgique Eden Hazard. "Il aurait voulu aller plus loin avec la Suède dans cet Euro. Nous nous sommes qualifiés, malheureusement cela l'élimine, mais il reste un grand champion, et en club il pourra encore faire de grandes choses".