Euro 2016 : France-Suisse : la fête des voisins

Euro 2016 : France-Suisse : la fête des voisins

Publié le , modifié le

Pour ce troisième et dernier match de ce groupe A, supporters suisses et français se sont donnés rendez-vous au stade Pierre-Mauroy de Lille. On fraternisait autour de l'enceinte nordiste à deux heures du coup d'envoi. Même les forces de l'ordre y sont allées de leurs pronostics.

Bienvenue chez les Ch'ti suisses ! L'UEFA a concocté aux supporters des deux camps un remake du célèbre film de Dany Boon. Sur le parvis du stade du LOSC, les fans, sous un soleil enfin au rendez-vous, se sont mélangés sans aucun problème. Pour le fun. Comme il y a deux ans, du côté de Salvador de Bahia (c'était beaucoup plus exotique !), pour un France-Suisse à sens unique (5-2 en faveur des Bleus). Dans l'idée des supporters tricolores, l'issue ne fait aucun doute : les hommes de Didier Deschamps vont récidiver. Coiffé d'un bonnet en forme de coq, Jean-Marie est plus que confiant : "Cette fois, on ne vas pas attendre la dernière minute pour leur en planter un ! Allez, 3-1, ce serait déjà pas mal..."

Richard dépanne un camarade suisse, privé de briquet : " Il n'y a plus beaucoup de gaz, mais tu devrais pourvoir allumer ta clope... " Cet informaticien de 37 ans, venu de Dieppe, lui lance une petite pique sympathique : " Je te sens nerveux. Remarque, tu as raison, ton équipe, elle ne va pas tenir la distance... À la 92e minute, Dimitri Payet va vous mettre une mine ! " Vincent, en provenance de Montreux, s'en amuse : " Les Français, vous êtes toujours convaincu que vous allez gagner l'Euro. Dégonflez les têtes ! Ça risque d'être douloureux pour vous ce soir... La première place, elle est pour nous ou bien ! "

Fan de Sissoko

Certains petits malins nous demandent la composition des équipes. Beaucoup font les gros yeux lorsque le nom de Moussa Sissoko sort du chapeau. “ Quoi, Sissoko ?... Bah là, on ne peut pas perdre ! ", s'exclame Baptiste, ravi de la bonne blague. Ses potes sont nettement plus satisfaits de la titularisation d'André-Pierre Gignac. " Le “Mexicain", il va leur pimenter la soirée aux Suisses !! " Marie-Lucie s'inquiète quand même : " J'ai lu que les Suisses étaient bons sur coups de pied arrêtés. Comme nous, on est pathétiques dans ce domaine, ça m'inquiète un peu... "

Suzanna lui confirme : " Hoooouuu... nous avons d'excellents joueurs dans la surface, très malins. On va gagner deux points à un ! " Passons sur le vocabulaire footballistique approximatif de cette vaudoise, venue en car et partie des bords du Lac Léman tôt ce matin, vers 5 heures. " Je n'ai quand même pas fait tous ses efforts pour voir la Nati perdre ! " Un ange passe. Ou plutôt un CRS: " 2-1 pour la France !" Sourires complices. " Nous, on vient d'Avignon, rétorquent un couple vêtu et maquillé en bleu-blanc-rouge. On n'a pas l'intention de repartir dans le sud sans des buts de nos protégés. Je vous prédis un doublé d'Antoine Griezmann, c'est mon chouchou ! " Suzanna fait non de la tête, avant de venir embrasser les deux Provençaux, dans un bel élan de fraternité. Suisses et Français ont déjà gagné !

Nicolas Gettliffe