Paul Pogba (équipe de France)
Paul Pogba (équipe de France) contre la Suisse | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Euro 2016 : France - Irlande : de la revanche dans l'Eire ?

Publié le , modifié le

Ces retrouvailles étaient attendues de longue date. Après le match de 2009 marqué par la main de Thierry Henry qui avait permis aux Bleus de se qualifier pour la Coupe du monde 2010, Français et Irlandais s'affrontent pour la première fois cet après-midi au Parc OL (15h). Quelque peu décevants lors des phases de poule, les Français devront hausser leur niveau de jeu pour se qualifier face à des Irlandais plein de confiance.

Une longue attente. Depuis le 18 novembre 2009 et la main d’Henry lors du match de barrage retour pour le mondial 2010 au Stade de France, Français et Irlandais ne se sont plus croisés sur une pelouse. Après presque sept ans, revoilà les hommes en vert face aux Bleus dans un match une nouvelle fois décisif.

 

 

Depuis mercredi soir, la main d’Henry a fait une réapparition en force sur les réseaux sociaux, comme une piqure de rappel aux Irlandais quand à l’injustice de 2009. Les principaux concernés affirment pourtant que cette histoire appartient au passé et que la revanche n’a pas lieu d’être. "On a décidé d'oublier ça, c'est très irlandais, a ainsi déclaré jeudi en conférence de presse Martin O'Neill, l’entraîneur Irlandais. C'est un sujet qui va revenir dans les discussions, mais ça ne nous concernera pas quand on va jouer"

Une page de tournée

Il faut dire que sur les vingt trois Irlandais participant à cet Euro, seuls cinq étaient déjà là en 2009 : Robbie Keane, John O'Shea, Glenn Whelan, Aiden McGeady et Shay Given. Même son de cloche côté Français, à en croire Guy Stephan, l’adjoint de Didier Deschamps : "Ça fait plus de six ans, ça fait loin… Je sais que ça fait partie de l’histoire et que ça fait beaucoup parler […] sincèrement, je ne pense pas que ça aura de l’importance dans la préparation du match."

Si le 18 novembre 2009 semble bien loin, reste que, dans un contexte différent cette rencontre aura forcément une saveur particulière. Mais sans pour autant éclipser l’enjeu de ce huitième de finale. D’autant que l’attente côté Français est forte, après une première phase de poule peu séduisante. Premiers de leurs groupes, les Bleus n’ont pourtant pas levé tous les doutes les concernant et la jauge de confiance n’est pas au plus haut.

La fraîcheur française peut faire la différence

Côté Irlandais, la situation est totalement inverse. Avec une première qualification en huitièmes d’un Euro, les hommes de Martin O’Neill sont euphoriques. Et la victoire contre l’Italie lors du dernier match de poule (1-0) a confirmé, s’il fallait, leurs qualités. Mais ce dernier match joué mercredi soir peut leur peser dans les jambes, alors que les Français auront eux bénéficiés d’une semaine complète de récupération avant ce huitième de finale.

Cette différence de fraîcheur pourrait d’ailleurs peser lourd, d’autant que l’Irlande a l’effectif le plus âgé du tournoi (29 ans et 8 mois) avec onze joueurs de plus de 30 ans. Mais il en faut plus pour faire douter ces Irlandais, sûrs de leurs forces : "Depuis deux ans nous avons réussi à battre plusieurs grandes équipes donc il ne faut pas craindre la France, a déclaré le milieu de terrain Robbie Brady en conférence de presse. Si nous restons unis, on peut battre n'importe qui. On ne doit pas se fixer de limites." Le ton est donné.

Marine Couturier @Marine_Ctrier

Euro