Kylian Mbappé en petite forme face à la Turquie, le 8 juin 2019
Kylian Mbappé en petite forme face à la Turquie, le 8 juin 2019 | AFP

Turquie - France: Mbappé, le Petit Prince fatigué

Publié le , modifié le

Fin de saison morose pour Kylian Mbappé: le "Petit Prince" du football français a sombré comme ses partenaires en Turquie (2-0), samedi en match de qualifications à l'Euro-2020. Touché à la cheville le week-end dernier face à la Bolivie, l'attaquant du Paris SG n'a pas réussi à faire la différence, comme il l'a pourtant fait à maintes reprises tout au long de la saison, malgré plusieurs occasions.

Erreur de parcours ou usure du temps? Dans une saison post-Mondial, le jeune prodige de 20 ans a beaucoup donné. En club d'abord, où il a pallié les absences de ses illustres équipiers blessés, Neymar et Cavani. Mais aussi en sélection, où il a souvent fait figure de sauveur tout au long des 28 derniers matches de l'équipe de France qu'il vient d'enchaîner. La plus longue série pour un Bleu depuis Patrick Vieira entre octobre 1999 et octobre 2002. "Il est le finisseur, la dernière touche, en l'absence de tous les autres", louait dès février son entraineur, Thomas Tuchel. Tout en avertissant toutefois:  "Il joue beaucoup, peut-être trop. Il est un peu fatigué, il manque de précision".

En finale de Coupe de France déjà, la belle armure du meilleur buteur de Ligue 1 (33 buts) s'était fissurée, Mbappé gâchant ses munitions face au gardien de Rennes, et écopant surtout d'un troisième carton rouge en carrière sur une vilaine faute juste avant le coup de sifflet final.

Maladresse

Samedi avec les Bleus, Mbappé n'a pas dérapé mais il semblait un peu ailleurs. Dès sa première accélération, Mbappé a perdu ses appuis laissant le ballon s'échapper en touche (6e). Maladresse encore à la 25e minute, quand le numéro dix, parti en contre sur le flanc droit,  se retrouve à quelques dizaines de mètres du but... mais envoie le ballon droit sur un défenseur turc.

Et le reste du match a été tout aussi compliqué pour le champion du monde, avec beaucoup de ballons perdus ou mal exploités. Il n'est certes pas le seul responsable de la déconfiture des Bleus, qui n'ont cadré aucun tir sur l'ensemble de la partie, mais il était l'un des plus attendus. Et il n'a clairement pas été au rendez-vous. Le week-end dernier déjà face à la Bolivie, le jeune Français n'avait guère brillé. Multipliant les mauvais choix, il avait dû s'arrêter à la pause, touché à la cheville après un choc avec un adversaire bolivien.

Doute

Cette blessure l'a-t-elle pénalisé samedi? Ou bien y avait-il autre chose? Depuis plusieurs semaines déjà, celui qu'on a encensé tout au long du Mondial et de la saison, élu par ses pairs meilleur joueur et meilleur espoir du Championnat de France pour la saison 2018-2019, désarçonne. Sa demande fin mai d'avoir "plus de responsabilités, peut-être au PSG, peut-être ailleurs" avait fait l'effet d'une bombe. Relançant la machine à rumeurs notamment du côté du Real Madrid, où il est cité comme l'une des cibles prioritaires de Zinédine Zidane pour le mercato estival.

Mais en équipe de France et avec Didier Deschamps, son rôle ne semblait jusqu'ici guère remis en cause. Il n'y a "aucune difficulté à le gérer, il se gère lui-même", avait déclaré Didier Deschamps le 21 mai. "Il s'inscrit dans un collectif. Comme tout attaquant il y a une part d'égoïsme parce qu'ils ont besoin de marquer mais il n'y a aucune ombre par rapport à ce qui se passe en équipe de France", avait ajouté le sélectionneur. L'ombre n'est pas encore là, mais le doute peut-être. Rendez-vous mardi sur le terrain d'Andorre: Mbappé y aura une dernière occasion pour retrouver de sa superbe. Et les Bleus aussi.

AFP