Yaya Toure (City) au combat avec Paul Scholes (United)
Yaya Toure (City) au combat avec Paul Scholes (United) | AFP - Andrew Yates

Duel au sommet entre les deux Manchester

Publié le , modifié le

Place à la 16e journée de championnat ce week-end en Angleterre. Une nouvelle étape de Premier League marquée dimanche par le choc entre les deux premiers du classement entre Manchester City et Manchester United.

Alex Ferguson (entraîneur de United): "Je pense que nos deux équipes ont fait le trou par rapport à Chelsea, Arsenal et Tottenham. C'est difficile de croire que l'un de nous deux va s'effondrer. Du coup, je pense que cela se jouera entre nous.

"Le plus grand de tous les derbies"

La rivalité entre les Bleus ciel et les Rouges, vieille de 130 ans, n'a jamais été aussi intense ces dernières années que depuis la montée en puissance de City, grâce à l'argent d'Abou Dhabi. "C'est désormais le plus grand de tous les derbies", a notamment affirmé l'entraîneur de MU, Alex Ferguson. Les supporteurs de City se considèrent comme les seuls vrais représentants de la ville de Manchester , alors que les "Red Devils" seraient les banlieusards parce que leur stade et le quartier où ils ont vu le jour, Newton Heath, sont éloignés du centre.

Du côté du terrain, même si c'est United qui est en tête de trois points, City a plutôt les faveurs du pronostic dans ce nouveau grand derby mancunien. Seule équipe toujours invaincue en Premier League, les champions en titre sont presque intouchables dans leur stade, où ils n'ont pas perdu en championnat depuis deux ans. Les "Citizens" restent sur deux succès dans leur face-à-face avec leurs voisins, le fameux 6-1 à Old Trafford puis le 1-0 au retour, décisif dans la course au titre.

Même s'ils n'ont pas su se sortir du "groupe de la mort" en C1 face à Madrid et à Dortmund, ils se sont montrés solides ces derniers temps à l'intérieur de leurs frontières, particulièrement en défense. Le gardien Joe Hart n'a encaissé que deux buts en sept matches. United, au contraire, est apparu parfois fragile et a souvent été mené, comme le week-end dernier à Reading, avant de s'imposer (4-3 dans ce cas). Alex Ferguson ne disposera pas de toutes ses forces à cause des blessures de Valencia, de Nani, de Kagawa, de Vidic, pas encore prêt, et peut-être de Cleverley.

Gilles Gaillard