Didier Deschamps en conférence de presse
Didier Deschamps en conférence de presse | STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Didier Deschamps: "Indispensable ou pas, Giroud est très utile"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur Didier Deschamps a regretté la première période "très compliquée, insuffisante" des Bleus contre la Moldavie (2-1), tout en soulignant l'apport déterminant d'Olivier Giroud, toujours "très utile et efficace".

Être qualifié avant le match explique-t-il le caractère poussif de la performance de vos joueurs?
Didier Deschamps:
"Je ne pense pas, je ne l'espère pas. Parce que ce n'est pas le tout d'être qualifié. Ce résultat-là nous offre la possibilité à nouveau de finir premiers (du groupe), mais ça passait d'abord par une victoire contre la Moldavie. Sincèrement on a fait une bonne entame, même si on a pris ce but sur une erreur. Notre première mi-temps a été très compliquée, insuffisante par rapport à ce qu'on est capable de faire. La seconde est plus conforme, même si on a manqué d'efficacité. Au niveau du mouvement, de la vitesse et des enchaînements, on a été capable de faire beaucoup mieux."

Vous avez secoué les joueurs à la pause, selon Olivier Giroud...
DD
: "Effectivement. Il y a tellement de qualités et de potentiel que quand je ne vois pas ce que j'ai envie de voir, je leur dis, comme à chaque fois."

Olivier Giroud, en dépit de son faible temps de jeu à Chelsea, est-il indispensable aux Bleus?
DD
: "Indispensable ou pas, en tout cas il est très utile, efficace. Il l'a été sur le dernier stage et là son but ne nous donne pas la qualification, parce qu'on l'avait, mais on prend la première place. Il a pris la décision de tirer le penalty, ça lui fait un but de plus. Malgré ce qu'il n'a pas à Chelsea, avec nous il reste. Ce n'est pas d'aujourd'hui. Au-delà de son efficacité, même s'il a eu des périodes où il a moins marqué, ça permet aux joueurs à coté, autour, d'avoir des occasions et de marquer aussi."

Comprenez-vous la colère du sélectionneur de la Moldavie, qui estime qu'il y a faute de Giroud sur l'égalisation française?
DD:
"Sincèrement je n'ai pas revu l'action, je ne sais pas s'il y a faute ou pas faute. Le gardien relâche. En plus j'ai le caméraman en plein dans l'axe de l'action. Ce n'est pas pour fuir la question mais je ne peux pas en dire plus. Ce que je peux dire, c'est que cette équipe moldave était transfigurée et que certainement, il l'était sans doute pour beaucoup. Elle nous a compliqué la tâche même si on n'a pas fait ce qu'il fallait. Il ne faut pas enlever les mérites à cette équipe qui a fait un match de haut niveau ce soir."

Êtes-vous satisfait de l'animation offensive?
DD:
"Sur la première période, non. Il y avait quatre joueurs offensifs, pas quatre attaquants, mais sur la première mi-temps on ne peut pas dire qu'on a été plus dangereux que les fois où on joue avec peut-être moins de joueurs offensifs. On l'a été en seconde période avec des frappes, des situations de centre. En première, trop peu et ça a facilité la défense moldave. Le quatre de devant avaient trop tendance à ne prendre le ballon que dans les pieds, de ne pas être assez en mouvement."

Clément Lenglet a vécu une soirée difficile, notamment sur le but moldave. Est-ce qu'il vous a semblé touché?
DD
: "Il ne faut pas. Évidemment, il sait qu'il fait une erreur. Il n'a pas une grande expérience avec nous donc ça l'a conditionné pour le reste du match, même si par la suite il a été sérieux et appliqué. Il ne faut surtout pas qu'il culpabilise. Il y en a d'autres qui en ont fait. C'est une mauvaise analyse de la situation à un moment. Tout était rose pour lui jusqu'à maintenant (en équipe de France), ce n'est pas pour cela que la couleur va changer. Il aurait aimé éviter cette erreur, mais je sais ce qu'il est capable de faire et ce qu'il a fait aussi."

AFP