Abou Diaby saut Uruguay VS France 06 2010
Abou Diaby a été très en vue lors du match Uruguay-France | AFP - Carl de Souza

Diaby: "Une nouvelle ère qui commence"

Publié le , modifié le

Le milieu de l'équipe de France Abou Diaby, remis de sa blessure à la cheville droite et apte physiquement pour affronter le Luxembourg, mardi, a estimé dimanche qu'une "nouvelle ère" débutait chez les Bleus, matérialisée par le succès acquis face à la Roumanie (2-0), samedi.

Q: Comment allez-vous physiquement et pourquoi vous êtes-vous retrouvé en tribunes face aux Roumains?
R: "C'était court, j'avais reçu un gros choc (en championnat d'Angleterre, le 3 octobre, ndlr). J'avais peur de m'être luxé au ligament. Mais mardi, je peux jouer."

Q: Comment avez-vous trouvé le match face aux Roumains?
R: "Le début était frustrant, on jouait contre une équipe qui jouait bas sans volonté d'aller vers l'avant. C'était donc dur de faire des décalages. Mais le premier but a été une libération."

Q: Comment vivez-vous la forte concurrence au milieu de terrain chez les Bleus?

R: "Cela fait partie du jeu, on est là pour ça. C'est bien pour le groupe qu'il y ait plusieurs joueurs, cela permet de hausser notre niveau et notre rendement."

Q: Le fait que les buts soient venus du banc de touche peut-il aider à souder le groupe?
R: "Il faut pouvoir compter sur tout le monde. C'est bien pour nous et notre confiance."

Q: Le public a semblé aussi très enthousiaste...
R: "On a senti que les gens étaient contents de voir l'équipe de France gagner. C'est super important de donner ce bonheur-là, il faut redorer l'image de l'équipe de France à tous les niveaux, sur et en dehors du terrain. Depuis les tribunes, ça faisait chaud au coeur. On a tourné la page. C'est une nouvelle ère qui commence et j'espère qu'elle sera remplie de succès."

Q: Qu'est-ce qui a changé au sein de l'équipe depuis le Mondial?
R: "Par rapport à la Coupe du monde, il y a beaucoup de choses qui ont changé. Il y a de jeunes joueurs bourrés de talents. Tout le monde vit bien ensemble et le coach nous aide à nous libérer. La philosophie et la mentalité sont les mêmes qu'à Arsenal. Tout est basé sur la maîtrise du ballon. Il y a beaucoup de jeu, on prend beaucoup de plaisir aux entraînements."

Q: Comment abordez-vous le match de mardi contre le Luxembourg?

R: "Ils vont nous attendre derrière et ils ne vont pas se livrer. Ce sera le même problème que contre la Roumanie. J'espère qu'on va vite marquer le premier but pour se libérer. Ce n'est pas facile de jouer contre des équipes qui nous attendent. On a un peu de mal à se trouver. Il faut mieux maîtriser notre jeu pour se retrouver devant le but plus facilement."

AFP