Cris racistes : "le fait d'une personne"

Publié le , modifié le

Les cris racistes entendus pendant un entraînement public des Pays-Bas pour l'Euro-2012 mercredi à Cracovie (sud) émanaient d'une personne isolée, a affirmé Marcin Herra, le chef des organisateurs polonais, qui souhaite relativiser l'incident.

"Une personne parmi 25.000 ne peut pas gâcher la fête. Nous allons suivre  ce genre d'incidents de façon très attentive, mais il ne faut pas renverser les  proportions", a-t-il déclaré devant la presse.

"Nous allons discuter tranquillement avec l'UEFA de cet incident pour  connaître l'ensemble de la situation, afin d'éviter l'escalade de ce genre de  sujets", a déclaré M. Herra. "La Pologne est un pays très hospitalier et ouvert. Selon les gens de  l'UEFA, les entraînements des équipes en Pologne sont les plus sympathiques de  tous les tournois jusqu'à présents", a-t-il affirmé.

Selon la ministre polonaise des Sports Joanna Mucha, "cet incident a été  éclipsé par 24.000 supporteurs qui ne l'ont pas soutenu et qui se sont opposés  à ce que faisait un petit groupe. J'espère que c'est justement cela qui a été  retenu par les joueurs", s'est-elle exprimé à son tour devant la presse.

Jerome Carrere