djibril cisse qpr rangers 022012
djibril cisse qpr rangers 022012 | AFP

Cissé retrouve ses sensations

Publié le , modifié le

Premier match et déjà premier but, Djibril Cissé a fêté dignement son retour en Premier League, mercredi soir. Les Queens Park Rangers ramènent un point précieux d'Aston Villa (2-2) dans la course au maintien. L'attaquant français a lui retrouvé sa joie de jouer et tous ses espoirs.

Voilà ce qui s'appelle un retour presque gagnant. A peine arrivé chez les Queens Park Rangers, Djibril Cissé a déjà retrouvé le chemin des filets. Moins de 12 minutes après le coup d'envoi, l'attaquant français a fait mouche pour le plus grand bonheur de ses nouveaux supporters, les gratifiant d'une pirouette comme au bon vieux temps. "Je suis vraiment content d'avoir marqué ce soir. Ce n'était pas facile, dans un angle fermé, mais c'est le genre de but que j'aime marquer. J'en ai inscrit quelques jolis et je mettrais sans doute celui-là dans la liste," s'enthousiasmait le nouvel attaquant de QPR au micro de la BBC. L'ex-Auxerrois en a très probablement marqué des beaucoup plus spectaculaires, mais ce but-là a, à lui seul, effacé six mois de mal-être italien. Une véritable catharsis pour un retour sur des terres anglaises qu'il affectionne.

Autorisé à jouer 1h30 avant le coup d'envoi

En trois clubs anglais (Liverpool, Sunderland, QPR), Cissé aura réussi un bel exploit: inscrire un but à chaque première apparition sous ses nouvelles couleurs. Seul Emmanuel Adebayor (Arsenal, Tottenham, Manchester City) a fait aussi bien que lui. Un bonheur auquel Cissé n'avait que trop peu goûté à la Lazio Rome depuis son arrivée l'été dernier. "Ça me faisait mal de ne plus marquer", expliquait le joueur mercredi dans les colonnes du journal L'Equipe. Et d'ajouter: "A La Lazio, je ne pouvais pas être moi-même." Poussé sur les ailes derrière Klose et Rocchi, il ne pouvait plus occuper son poste de prédilection dans l'axe.

Face à Aston Villa mercredi soir, Cissé a retrouvé ses automatismes, dans un rôle axial où il est bien plus à son aise. "Cissé a été excellent et tout le monde comprend mieux maintenant pourquoi je voulais le faire venir", se félicitait son nouvel entraineur Mark Hughes à l'issue du match. Alors que son joueur n'avait participé à aucun entraînement avant la rencontre, l'ancien buteur de Manchester United avait opté pour une tactique simple en début de match: lui laisser le plus d'espace possible devant et le servir rapidement afin de se servir de sa vitesse pour prendre en défaut le lent côté droit de la défense des Villans (Dunne-Warnock). Pari réussi. Et dire que 1h30 avant le coup d'envoi à Villa Park, Cissé n'était pas sûr de pouvoir jouer… "Je ne l'ai su qu'en arrivant au stade en recevant un SMS, explique Hughes. Je ne voulais pas lui dire avant d'arriver au vestiaire, mais il le savait déjà. Son agent lui avait dit !".

Cissé rêve toujours des Bleus

Au fil des minutes, Cissé s'est progressivement montré moins incisif, mais tout aussi important avant d'être remplacé par Macheda (81e). "Il a été brillant, intelligent et puissant. Il va être vital pour nous", confie Hughes au Telegraph. Car la relégation menace une équipe 16e de Premier League avec seulement trois points de marge sur Blackburn, premier relégable. Une lutte que Cissé a déjà bien à l'esprit et qui ne l'inquiète pas outre mesure: "Je ne veux pas entendre parler de relégation. L'équipe est promue en Premier League cette année. C'est normal que nous fassions des erreurs parfois. Prendre un point ici, c'est une bonne performance. Je suis sûr que nous allons nous maintenir."

Associé à Robert Hulse pour son premier match, Cissé devrait vraisemblablement partager l'attaque avec une autre nouvelle tête, Bobby Zamora, arrivé de Fulham, mais trop tardivement pour être aligné. Mark Hughes va désormais avoir l'embarras du choix offensivement avec également les présences de Jay Bothroyd, Heidar Helguson ou encore DJ Campbell.

En un match, le globetrotter français semble déjà avoir retrouvé une partie de sa joie de jouer. Il a en tout cas fait aussi bien qu'en Italie (1 but en 18 matches). "L'ambiance des supporters, la tension et la qualité du jeu, tout le temps tourné vers l'attaque, cela m'avait manqué", confie l'intéressé. Alors, sa vie peut-elle changer à Londres? Il l'espère en tout cas. Tourner le dos à Rome n'a pas été si difficile pour l'Arlésien qui reconnaît qu'il n'y était plus content. "Je faisais la gueule sur le terrain, je faisais la gueule en dehors, je devenais exécrable avec tout le monde", admet-il. Il s'engage désormais dans une bataille à deux temps: sauver QPR de la relégation et retrouver une place chez les Bleus pour l'Euro. Et faire aussi taire les critiques et les insultes, parfois raciales, qui ont inondé son fil Twitter depuis son départ d'Italie.

Melinda Davan-Soulas @Melinda_DS

Euro