Olivier Giroud (Arsenal) déçu
Olivier Giroud (Arsenal) | OLLY GREENWOOD / AFP

A chacun ses problèmes

Publié le , modifié le

Le choc de la 3e journée de Premier League oppose Liverpool à Arsenal dimanche. Deux équipes au début de saison similaire du point de vue des résultats mais pour des raisons différentes. Si du côté des Gunners, on a du mal à faire parler la poudre en attaque, c'est la défense de Liverpool qui inquiète sérieusement. Arsène Wenger et Brendan Rodgers chercheront des réponses sur la pelouse d'Anfield cet après-midi.

On ne remplace pas Robin Van Persie d'un claquement de doigt. Si Arsène Wenger en doutait, il a en eu la preuve cinglante. Après deux matches de championnat, son équipe n'a toujours pas trouvé les filets malgré deux adversaires loin d'être des foudres de guerre (Sunderland et Stoke City). L'ombre de l'attaquant néerlandais pourrait planer longtemps sur l'Emirates Stadium. Olivier Giroud appelé, malgré lui, à remplacer Van Persie cristallise toutes les attentes des supporteurs d'Arsenal. Contre Sunderland puis Stoke City, les attaquants des Gunners ont frappé 25 fois aux buts pour seulement… trois tirs cadrés ! Sur le banc, Arsène Wenger a montré quelques signes d'agacement, notamment quand Olivier Giroud n'a pas converti une offrande de Cazorla face à Sunderland, en ouverture de la saison. Ce but aurait eu le double intérêt, de lancer la saison d'Arsenal et de décharger un peu de la pression qui pèse sur les épaules de l'ancien buteur montpelliérain. Recruté à l'été contre 15 millions d'euros, Giroud tarde à ouvrir son compteur avec sa nouvelle équipe. Face à Stoke City, il a reconnu lui-même avoir surtout cherché à faire jouer ses coéquipiers autour de lui. Sans être obsédé par le but. Un état d'esprit qui a fini par le frustrer et qui l'a poussé à tenter un lob de 30m, certes astucieux, mais difficilement réalisable en toute fin de match alors qu'Aaron Ramsey était esseulé dans l'axe.

Un équilibre à (re)trouver

Mais plus que Giroud, c'est tout l'arsenal offensif des Gunners qui est en panne. Gervinho arrivé l'été dernier de Lille n'est pas le feu follet attendu par Wenger, Chamakh est cantonné à la réserve alors que Walcott, Oxlade-Chamberlain et Podolski, bien que très remuants sur leurs ailes respectives ne sont pas connus pour être des buteurs de gros calibre. Les critiques autour de l'attaque des Gunners pourraient s'intensifier si Robin Van Persie venait à briller sous les couleurs de United. Le Néerlandais, comme un symbole, a ouvert son compteur mancunien dès sa première frappe avec sa nouvelle équipe. Bien servis par un milieu de terrain inspirés, notamment Cazorla et Diaby, les attaquants d'Arsenal doivent trouver la mire rapidement. Le choc face à Liverpool arrive (trop) tôt dans la saison pour une équipe qui lutte chaque année, à la fin du mois d'août, pour trouver un équilibre après le départ d'un, voir deux, de ses joueurs stars (Nasri, Fabregas, Van Persie, Song). Il y a tout de même un motif d'espoir pour les supporteurs, Liverpool a lui aussi des problèmes à résoudre. En défense.

Liverpool se cherche une défense

Le nouveau manager des Reds, Brendan Rodgers, peut se faire des cheveux blancs. Laminée par West Bromwich en ouverture de la saison (3-0), son équipe a, certes, réagi face à Manchester City (2-2) mais le résultat final est décevant. Au sortir de cette rencontre, l'humeur n'était pas à la satisfaction dans les travées d'Andfield. Pourquoi ? Parce que Rodgers sait que ses joueurs ont laissé passer l'occasion de réaliser un très gros coup. Après l'ouverture du score par Skrtel, Liverpool a offert l'égalisation à Yaya Touré quand Reina puis Kelly n'ont pas réussi à dégager un centre venu de la droite. Une double erreur qui aurait pu être sans conséquence si après le but de Suarez qui permettait aux siens de reprendre l'avantage, Skrtel n'avait pas délivré une merveille de passe décisive à…Carlos Tévez pour le but du 2-2. Chacun ses problèmes donc. Qualifiés en Europa League après leur match nul 1-1 (1-0 à l'aller) face à Heart of Midlothian, les Reds ont encaissé six buts en quatre matches officiels depuis le début de saison. Heureusement, Brendan Rodgers a réussi à conserver son défenseur international danois, Daniel Agger, un temps courtisé par des grosses écuries européennes. Sera-ce, cependant, suffisant pour contrer une attaque des Gunners en panne d'inspiration ?

Dans ce match où les deux équipes ont un besoin impératif de l'emporter, l'avantage pourrait aller à celle qui aura réussi à résoudre ses problèmes de la manière la plus rapide et la plus efficace possible.