Blokhine: "Pour Shevchenko, c'est du 50-50"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'Ukraine Oleg Blokhine a estimé lundi "à 50-50" les chances que son attaquant vedette Andreï Shevchenko, ballon en d'or en 2004 et auteur d'un doublé face à la Suède, joue mardi la rencontre face à l'Angleterre décisive pour la qualification en quarts de finale de l'Euro. Le médecin de la sélection ukrainienne, Léonid Mironov que Chevtchenko avait reçu plusieurs coups sur le genou lors du match contre la France et que cela avait ranimé une ancienne blessure. Il a subi des infiltrations dans l'espoir d'être rétabli à temps.

Andreï Shevchenko sera-t-il en état d'être aligné demain ?
"Pour (la participation de) Shevchenko, c'est incertain, c'est du 50/50.  C'est difficile de savoir s'il jouera. Je ne suis pas sorcier. Il nous reste 24  heures. Andreï a pris deux coups sur le genou gauche lors du match contre la  France (défaite 2-0) et il a du liquide dans le genou. On fait tout ce qui est  possible pour le préparer pour le match. Nous prendrons une décision demain  avant le dîner. Il n'y a pas beaucoup de vedettes dans mon équipe, à l'inverse  de la France, de l'Italie ou de l'Espagne. Le rôle de Shevchenko est très  important, surtout au poste clé d'attaquant. S'il n'est pas en mesure de jouer  demain, ce sera une énorme perte pour nous.
   
Rooney revient alors que l'Angleterre a bien joué ses premiers matches.  Son sélectionneur va devoir faire des choix. Cela peut perturber les Anglais ?
"Roy Hodgson a un problème de riche. J'aimerais beaucoup être à sa  place... L'Angleterre est une bonne équipe. Tout le monde dit qu'ils sont  fatigués mais je ne peux pas y croire. Ils ont leur propre style de jeu et je  pense qu'ils font tout ce qu'ils ont prévu. Mais ils ont des problèmes, aussi.  La pression est sur eux. Personne ne s'attend à ce qu'ils perdent demain. Ils  seront plus nerveux. Alors que nous, nous n'avons rien à perdre".
   
Qu'allez-vous changer après votre défaite contre la France ?
"Nous devons montrer notre façon de jouer, donner de la vitesse, gagner  les duels. Il faut revoir ce que nous avons fait dans le premier match (la  victoire 2-1 sur la Suède). Nous n'avions pas atteint ce niveau face à la  France".

AFP