Blanc : ""Mettre en place des principes de base"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc a déclaré devant la presse que le match amical contre les Etats-Unis, vendredi, devait permettre de "mettre en place des principes de base" dans le jeu et de "superviser" de nouveaux joueurs dans l'optique de l'Euro-2102.

Pourquoi avoir convoqué Maxime Gonalons?
"Ce n'est pas un remplacement poste pour poste. Ses qualités ne correspondent pas à celles de Samir Nasri (forfait, ndlr) mais dans ce secteur de jeu, avec les incertitudes concernant Flo (Malouda, ndlr) et Cabaye, il était urgent d'appeler quelqu'un. Maxime était très proche de la liste communiquée jeudi. Il me semblait cohérent de faire appel à lui".

"Allez-vous lancer de nouveaux joueurs?
"Certainement. Ces deux matches (face aux Etats-Unis et la Belgique, mardi, ndlr), et plus particulièrement celui de demain, vont nous servir à superviser des joueurs au niveau international. Les joueurs concernés seront Jérémy Mathieu, Olivier Giroud, Laurent Koscielny, Mathieu Debuchy. Est-ce que ce sera 90 minutes, 45 minutes, 20 minutes? Ce sera le fil conducteur du match qui le décidera".

Ribéry semble retrouver la grande forme. Aura-t-il les clés du jeu?
"Ce n'est pas un joueur qui détient les clés d'une équipe. C'est quelqu'un qui est plus capable de débloquer une situation par des dribbles, des passes décisives, des buts. Il n'a pas un rôle de dépositaire du jeu. Par contre, qu'il puisse amener les qualités qu'il montre au Bayern, oui".

Allez-vous évoluer en 4-4-2 face aux Etats-Unis?
"On va s'occuper de notre composition d'équipe. On a fait abstraction de la composition ou du système de jeu de l'équipe adverse. Il faut tenir compte de nos qualités et de nos faiblesses et mettre en place des principes de base pour être prêt si on joue contre une bonne équipe".

Quel souvenir avez-vous de Jurgen Klinsmann du temps où vous étiez joueur?
"J'ai le souvenir d'avoir joué contre lui quand il évoluait à l'Inter Milan. C'était l'époque où il y avait trois Allemands: Mattaheus, Brehme et Klinsmann. J'ai joué aussi contre lui aussi quand il était à Monaco. Il fallait se le peler. C'est quelqu'un qui ne rechignait pas. Il a été un très bon avant-centre. On a vu ce qu'il a amené à l'équipe d'Allemagne en tant que sélectionneur au niveau de la philosophie de jeu et de la préparation. Il a innové dans la préparation physique et possède une grande connaissance du football".

Mamadou Sakho revient en équipe de France après des blessures. Quel regard portez-vous sur lui?
"Il a un potentiel énorme et il joue dans un club qui va devenir un grand club. Il a encore une marge de progression énorme, mais il est à l'écoute, il a envie de progresser. C'est une crème pour une entraîneur. Là il revient de blessure, il postule. Dans ce secteur de jeu (la défense, ndlr), on n'est pas épargné par les blessures donc il aura l'occasion de retrouver le maillot bleu au cours de ces deux matches".

AFP