blanc joueurs france 062012
Laurent Blanc salue ses joueurs après le match nul contre l'Angleterre | AFP-Hertzog

Blanc: "Il faut du temps pour apaiser" les tensions

Publié le , modifié le

"Il faut du temps pour apaiser tout ça, ça te prend du temps, mais c'est le rôle d'un sélectionneur" a indiqué vendredi Laurent Blanc, le sélectionneur de la France, au sujet des tensions nées après la défaite contre la Suède (2-0), alors que se profile le quart de finale de l'Euro face à l'Espagne. Il espère un grand match des siens pour renverser le champion d'Europe en titre.

"On est en construction"

"Des difficultés, on en a. Le poste (de sélectionneur) n'est pas le facile, on est en construction, il y a un traumatisme (ndlr: la grève des joueurs lors  du Mondial-2010) présent dans les esprits de beaucoup de gens, et quand il y a  deux ou trois tensions, on a peur de revivre des périodes difficiles à vivre",  a-t-il ajouté.

"Les énervements, les réactions à chaud, ne sont pas toujours bonnes à  entendre, ce n'est jamais bon à chaud, et tu ne peux pas tout laisser passer,  il faut avoir le recul, on est quand même qualifiés, on ne fait pas les valises  pour rentrer à la maison", a-t-il encore souligné.

"Des conflits non..."

"Il a fallu apaiser tout le monde, et pour ça avoir une réunion tard dans la nuit (du match) ou (mercredi) pour trouver un apaisement collectif, il y a  eu quelques secousses après le match de Kiev (contre la Suède), mais le  paradoxe, c'est qu'on est qualifiés pour les quarts", a insisté le "Président".

"Y-a-t-il eu des conflits ? Des conflits non, il y a eu des mots, des réactions, certains joueurs étaient très énervés, je suis arrivé en retard à  cause d'activités médiatiques, il a fallu se mettre au milieu, se remettre au  calme, des choses ont été dites, actées et acceptées", a-t-il conclu sur le sujet.

"Obligés de faire un grand match"

A propos du jeu, le sélectionneur national a tenu à responsabiliser son collectif. "On espère tous un grand match de Karim, mais il ne faut pas qu'il n'y ait que Karim, c'est ça qu'il faut comprendre. On a vu contre la Suède (défaite 2-0) qu'à un moment donné cette équipe de Suède collectivement était meilleure que nous, c'est ça qui était difficile à accepter pour les gens, comme pour nous staff technique, pour les joueurs" a expliqué Blanc.

"Jouer contre l'Espagne, ça veut dire que tout le monde joue, on est obligé  de faire un grand match (...). On va jouer contre une équipe où deux-trois joueurs à leurs postes sont les meilleurs d'Europe, chacun de nos joueurs aura un gros client dans sa zone, je n'ai pas de soucis pour la motivation de mes  joueurs, s'ils ne sont pas motivés pour jouer ce genre de match, c'est un autre  problème", a-t-il martelé. 

Jerome Carrere