Laurent Blanc
Laurent Blanc | ©Maxppp

Blanc: Gourcuff "n'est pas un loup"

Publié le , modifié le

"Ne faisons pas passer Gourcuff pour un loup, ça n'en est pas un", a assuré mardi le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc, pour qui "la notion de groupe" a primé à l'heure de réaliser sa pré-liste pour l'Euro 2012. "Yoann offre une solution comme meneur et relayeur. On sait ce qu'il est capable d'amener. Il n'est pas encore à 100% mentalement et physiquement mais on peut l'aider à ce qu'il le soit".

Connaissez-vous les trois candidats au départ?
"Je pourrais dire oui mais il faudrait que rien ne se passe d'ici le 28 au soir. Je ne peux pas le garantir. J'espère qu'il ne se passera encore rien concernant l'état physique des joueurs appelés. Et si c'est le cas, on aura le temps d'y réfléchir. A l'heure d'aujourd'hui, on n'a pas les trois noms. J'espère ne pas avoir à utiliser la possibilité de rappeler d'autres joueurs. On aurait pu appeler 32 ou 33 joueurs mais je pense qu'il fallait resserrer un minimum le groupe. Le 24 mai au matin on sera tous réunis à Clairefontaine. On attendra le 28 au soir pour annoncer le groupe".

Avez-vous hésité sur quelques joueurs en méforme?
"Bien sûr qu'on a hésité. Mais pas sur 16-17 joueurs. Certains auraient fait d'autres choix mais on est cohérent depuis plusieurs mois. C'est rare que même des gens du métier fassent la même liste. On était ouvert. La preuve, Ben Arfa fait partie de la pré-liste alors qu'il y a quatre mois il ne jouait pas. La notion de groupe a été plus forte".

Le rôle du capitaine Lloris s'en trouve donc renforcé malgré sa discrétion...

"On ne va pas changer les choses du jour au lendemain. Il y a plusieurs façons d'être entendu et écouté dans un groupe. Certains ne parlent pas souvent mais imposent le respect. Cela dépend de la personnalité de chacun. Hugo est respecté dans le groupe. Dans cet Euro, lui et d'autres vont être obligés de s'affirmer".

Vous pensez à Gourcuff, quasiment invisible cette saison?
"Yoann offre une solution comme meneur et relayeur. On sait ce qu'il est capable d'amener. Il n'est pas encore à 100% mentalement et physiquement mais on peut l'aider à ce qu'il le soit. Le temps est compté mais on se donne la possibilité de réussir. Il y a des entraîneurs qui réservent des places à des joueurs qui n'ont pas fait un match. On compte sur la fraîcheur, ça arrive aussi".

Le sentez-vous en mesure toutefois de s'insérer psychologiquement dans le groupe?

"Je conçois qu'on puisse se poser la question de ses performances sportives. Il bénéficie de circonstances favorables. Mais quand j'entends qu'il peut être dangereux pour la notion de groupe, j'ai l'impression qu'on veut faire entrer le loup dans la bergerie. Depuis le début, il fait partie de ce groupe. Il en est sorti sur blessure puis méforme. Ne le faisons pas passer pour un loup, ça n'en est pas un".

Entre Sakho et Yanga-Mbiwa, cette logique n'a pas semblé appliquée...
"Mamadou c'était la logique. Mais il est dans une situation plus que difficile qui va l'amener à une grande réflexion. Ce n'était pas la meilleure des choses que de l'appeler. Je le regrette, il a toujours donné satisfaction en Bleu mais sa situation avec le PSG est très pénalisante pour nous. Mapou a bénéficié de la blessure de Kaboul. Il est dans notre giron depuis un certain temps et il réalise une bonne saison. Il est dans une ambiance très positive et cela a fait pencher la balance".

Avez-vous des regrets?
"Alors qu'on n'est pas très fourni dans ce domaine, Diaby et Lassana Diarra auraient pu être importants à l'Euro. Je n'ai pas de problème à parler des présents mais si ces deux-là avaient pu en être, les pré-listes auraient été différentes".

Ménez et Valbuena peuvent-ils bousculer la hiérarchie offensive?
"Les cartes ont peut-être aussi été redistribuées à droite avec la blessure de Rémy. Contre la Bosnie, l'Allemagne, Mathieu a très bien fait ce qu'on lui avait demandé et cela a pesé dans ce choix. Que Ménez continue comme ça. Il était déjà capable de faire des actions de grande classe, d'avoir des éclairs. On en avait bénéficié contre le Brésil. Je trouve qu'il est beaucoup plus régulier au PSG".

AFP