Karim Benzema Equipe de France
Karim Benzema en Bleu à l'Euro ? | AFP - VALERY HACHE

Benzema, sélectionnable ou pas ?

Publié le , modifié le

Le sort de Karim Benzema se décide ce mercredi à la Fédération française de football. Le président de la FFF Noël Le Graët et le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps, doivent décider si l'attaquant du Real Madrid –mis en examen dans l'affaire de la sextape- redevient sélectionnable. A moins de deux mois du début de l'Euro 2016 organisé en France (du 10 juin au 10 juillet), cette décision est déterminante.

Officiellement, Karim Benzema reste mis en examen depuis le 5 novembre dernier pour "complicité de tentative de chantage" et "participation à une association de malfaiteurs" dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena. Mais après quelques entrevues avec les enquêteurs puis la juge d'instruction Nathalie Boutard, son contrôle judiciaire a été partiellement levé, ce qui le rend, aux yeux de la justice, de nouveau sélectionnable. Il peut en effet revoir Mathieu Valbuena, celui qui reste victime dans l'affaire de la sextape.

Légalement sélectionnable

Face à ce nouveau scandale, Noël Le Graët a préféré se donner le temps de la réflexion, s'imposant comme date butoir ce mercredi 15 avril. Depuis, la FFF qui s'est portée partie civile dans cette affaire, a pu consulter le dossier d'instruction, ou du moins, un condensé de celui-ci. Il semble que de ce côté (judiciaire), les dirigeants du football français n'ont pas observé d'éléments qui rendraient impossible la sélection de Benzema, ce qui est plutôt rassurant pour le joueur. Deschamps qui ne nie pas que l'attaquant a commis une erreur, estime que le "traitement médiatique" est disproportionné par rapport aux agissements de Benzema.

Mais au-delà de l'aspect judiciaire, l'éventuelle sélection du buteur madrilène pose des questions d'ordre moral. Déjà ternie à de nombreuses reprises (Knysna, Zahia, Nasri, Platini) depuis six ans, l'image du football français risque d'être un peu plus écornée par la présence de Benzema à l'Euro. Même s'il semble avéré que dans les faits, le joueur n'a commis "qu'une erreur", son nom est désormais associé à une sombre histoire de chantage. Le sondage effectué par Odoxa début avril pour L'Equipe, révèle à quel point cette histoire lui a porté préjudice: 73% des Français restent opposés à son retour en équipe de France.

Benzema irremplaçable ?

Si à l'instar du Premier ministre Manuel Valls, de nombreuses personnalités se sont exprimées à l'encontre du joueur, Noël Le Graët et même le président de la République François Hollande n'ont jamais souhaité condamner l'intéressé. Cette position ambigüe s'explique essentiellement par la volonté de la France de faire bonne figure dans "son" Euro. Avec Benzema, "un joueur que tous les pays nous envient" selon Deschamps, les Bleus sont en effet théoriquement plus forts.

Alors que la présence de l'attaquant pose des problèmes éthiques, et sans oublier la question de la vie de groupe, elle est sportivement incontestable. Avec 25 buts inscrits en 28 matches cette saison, Benzema est de loin l'attaquant français le plus prolifique. Evoluant depuis cinq ans avec le très exigeant Real Madrid, le buteur de 28 ans est clairement une classe au-dessus des autres. Difficile donc de se priver d'un tel atout, et les grands décideurs du football français l'ont bien compris. Toutefois, les performances des autres attaquants tricolores (en club ou en sélection) pourraient rendre l'absence de Benzema plus acceptable. Quoi qu'il arrive, cette histoire n'a pas fini de faire couler de l'encre.

Romain Bonte

Euro