rafael benitez chelsea conférence 112012
Rafael Benitez | AFP - BEN STANSALL

Benitez-Chelsea : une première sous tension

Publié le , modifié le

Fraîchement débarqué à Chelsea, Rafael Benitez s'offre un sacré choc pour sa première apparition. Les Blues accueillent le champion d'Angleterre, Manchester City, dimanche à Stamford Bridge, lors de la 13e journée de Premier League. Avec trois points de retard sur les Citizens en championnat et une élimination quasi certaine en Ligue des champions, le faux pas est déjà interdit.

Deux ans et demi après son départ de Liverpool, Rafael Benitez est de retour en Premier League. L'Espagnol passe du rouge au bleu de Chelsea, mais avec un bail à court terme, soit la fin de la saison. "On a un match énorme ce week-end contre Manchester City et cinq trophées à aller gagner", clame-t-il. Un sacré challenge pour cet intérimaire, certes de luxe, mais qu'on annonce déjà partant à l'été pour laisser la place à Pep Guardiola, si celui-ci daigne sortir de sa retraite sportive.

Car pour le neuvième entraîneur de l'ère Abramovich, il va également falloir par la suite défendre les titres en FA Cup et en Ligue des champions. Même si, pour ce dernier, les Blues n'ont plus leur destin entre leurs mains. Le président russe attend aussi un nouveau titre national, la Carling Cup et la Coupe du monde des clubs que les Londoniens s'apprêtent à disputer. "Sur son CV, il pourrait compter deux championnats du monde et n'avoir rien eu à voir avec la construction des équipes", ironise Sir Alex Ferguson qui n'a jamais eu de rapports très cordiaux avec son homologue ibérique. Il est vrai que Benitez avait déjà pris les destinées de l'Inter Milan en mains après le limogeage de José Mourinho avant de les mener à la victoire au championnat du monde des clubs et en Super coupe d'Italie, puis d'être remercié en décembre.

Duel des malheureux européens

Quand on sait que Roberto Di Matteo a été limogé malgré une victoire en Cup et en Ligue des champions il y a six mois, Benitez peut commencer à avoir quelques sueurs froides. Et pour son retour aux affaires britanniques, on ne peut pas dire qu'il ait été gâté avec une entrée en matière face au champion d'Angleterre Manchester City sur lequel Chelsea compte quatre points de retard au classement (3e). Les deux équipes se sont ratées sur la scène continentale et auront soif de revanche. Les Citizens sont d'ores et déjà assurés de quitter la Ligue des champions avant les huitièmes de finale, comme l'an dernier. Les Blues n'en sont plus très loin, devenant ainsi le premier tenant du titre à ne pas sortir de la poule.

Les Londoniens ne comptent que deux succès sur leurs huit derniers matches et restent sur un revers à West Brom en championnat (1-2) avant l'humiliation de Turin (0-3) tandis que City a obtenu le nul face à un Real Madrid réduit à dix (1-1). Pour ce choc dominical, Benitez pourrait choisir de redonner confiance à son compatriote Fernando Torres et d'en faire un titulaire. John Terry, touché à un genou, ne devrait pas être dans le groupe tandis que Frank Lampard est incertain. Côté City, Gaël Clichy (cheville) et Mario Balotelli (dos) sont de retour. Vincent Kompany espère être remis à temps de ses problèmes de genou.

Battu lors du Community Shield en août dernier, Chelsea est avide de revanche. Les Blues ne comptent qu'une seule défaite lors des sept derniers déplacements des Mancuniens à Stamford Bridge (2-4, février 2010). Mais ces derniers sont toujours invaincus en Premier League cette saison et ont enregistré cinq victoires lors des sept dernières confrontations entre les deux clubs. Autant dire que Chelsea comptera sur son nouveau talisman pour inverser la tendance : Benitez n'a plus perdu lors de ses 10 derniers matches face à City.