Hatem Ben Arfa
Hatem Ben Arfa, entre ombre et lumière | FRANCK FIFE / AFP

Ben Arfa, le magicien reste dans sa boîte

Publié le , modifié le

Le verdict est tombé, Hatem Ben Arfa ne sera "que" réserviste dans la liste qu'a livrée Didier Deschamps. Auteur d'une saison remarquable avec Nice, l'ex-enfant terrible du foot français pouvait espérer faire partie des 23 joueurs pour l'Euro. Mais la sacro-sainte unité de groupe chère au sélectionneur a semble-t-il prévalu face au talent individuel et à une réputation parfois sulfureuse. Le joueur, qui s'est pourtant racheté une conduite, pourrait néanmoins réintégrer les Bleus en cas de blessure de l'un de ses coéquipiers. Ce serait là un nouveau tour de magie.

Selon nos informations, Hatem Ben Arfa savait qu'il ne ferait pas partie de la liste des 23 joueurs sélectionnés pour l'Euro 2016. Se consolera-t-il d'une place de réserviste ? Pas certain lorsqu'on connaît le tempérament bouillant de l'ex-Lyonnais qui peut vivre cette non sélection comme une injustice, en tout cas sur le plan sportif. Nommé pour le titre de joueur UNFP de l'année, auteur de 17 buts, dont certains somptueux, avec Nice en Ligue 1, le dernier rescapé de la fameuse génération 87 avait quelques atouts dans sa chaussure pour accrocher le bon wagon. Didier Deschamps en a décidé autrement. 

"Il a fait une excellente saison mais il y a d’autres joueurs qui ont fait une très belle saison. J’ai eu des choix difficiles, notamment dans le secteur offensif", se justifiait le sélectionneur tricolore en conférence de presse. Tout en précisant bien que ce choix était uniquement guidé par une réflexion sportive : "s’il y avait d’autres raisons, il ne serait même pas dans la liste des réservistes". Entendez le comportement de Ben Arfa et ses frasques passées (notamment ses prises de bec avec Laurent Blanc) ne sont pas entrées en ligne de compte. Mais personne ne pourra nier qu'une ombre planera toujours autour de l'image du prodige. Et c'est peut-être ce doute qui à conduit Deschamps à se priver de ce soliste incomparable.

"Toujours le coeur bleu"

Car qui, dans le football français, peut rivaliser avec la capacité d'accélération et d'élimination du Niçois ? Dans ses concurrents directs, Payet possède lui aussi un dribble dévastateur mais pas sur 30 mètres comme Ben Arfa. Coman et Martial, eux, sont plus dans la prise de vitesse de l'adversaire en poussant loin le ballon, ce dernier ne leur colle pas au pied. Arrêtés, ils sont beaucoup plus prévisibles que le réserviste. Sa dernière chance de participer à l'Euro reposait dans le choix de Deschamps de se passer d'un défenseur pour lui faire une place. Le sélectionneur n'a pas pris ce risque. Le regrettera-t-il ?  

Le fait est que Hatem Ben Arfa a sans doute perdu sa place lors des deux matchs amicaux face à la Russie (3-2) et aux Pays-Bas (4-2) où, sans lui, l'équipe de France a brillé collectivement tout en se passant des inspirations de son génie, mais aussi de son individualisme dont il subsiste encore quelques scories. Plus tard dans la soirée, le recalé se voulait bon prince. "Déçu de ne pas être dans les 23 mais toujours le coeur Bleu pour notre pays", écrivait-il sur le site de l'OGCN. "Quoiqu'il arrive, je serai à fond jusqu'au bout et le premier supporter de l'équipe de France." Le magicien sait aussi s'effacer... 

Julien Lamotte

Euro