stade Pierre-Mauroy
Le stade Pierre-Mauroy, à Lille | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Avec l'Euro, Lille espère 151 millions de retombées économiques

Publié le , modifié le

A peine l'Eurobasket 2015 terminé, Lille se tourne déjà vers l'Euro 2016 de football dont elle accueillera 6 matches, et espère pas moins de 151 millions d'euros de retombées selon une étude du Centre de droit et d'économie du sport (CDES).

Cette somme alléchante pour les acteurs locaux se décompose en trois volets: les dépenses des spectateurs (111 M EUR), celles d'organisation (12 M EUR) et enfin la dotation de l'Etat (28 M EUR). Du côté des spectateurs, l'étude prévoit 99 M EUR de dépenses dans le stade et 12 dans la "Fan Zone" qui pourra accueillir quelque 30.000 personnes sur la Place François-Mitterrand. Concernant l'organisation, la somme englobe le loyer payé par l'UEFA pour louer le Stade Pierre-Mauroy et les dépenses des équipes qui viendront jouer à Lille. Enfin, la somme versée par l'Etat, via le Centre national pour le développement du sport (CNDS), a servi au financement de la construction de l'enceinte.

En attendant le tirage au sort

Par comparaison, la finale de la Coupe Davis, organisée fin novembre 2014, avait rapporté 4,6 millions d'euros de retombées selon une étude commandée par la Fédération française de tennis. En ce qui concerne l'Eurobasket, qui a été un succès et s'est achevé dimanche 19 septembre au stade Pierre-Mauroy, l'impact économique estimé par la Métropole de Lille se situe autour de 10 à 12 millions d'euros. A Lens, qui accueillera quatre rencontres de l'Euro-2016, le CDES évalue les retombées à 71 millions d'euros (51 M EUR pour les spectateurs, 8 M EUR pour l'organisation et 12 M EUR de dotation de l'Etat).

Ces chiffres seront affinés avant la compétition, considérée comme le troisième événement sportif au monde après les jeux Olympiques d'été et la Coupe du monde de football et qui aura lieu du 10 juin au 10 juillet 2016 dans dix villes françaises. Les retombées dépendront grandement des équipes qui évolueront dans le Nord-Pas-de-Calais. En effet, les supporters de l'Angleterre, la Belgique ou encore les Pays-Bas consomment beaucoup plus que les Espagnols ou les Italiens. Les hôteliers et restaurateurs nordistes scruteront donc avec attention le tirage au sort prévu le 12 décembre prochain.

AFP