Arsenal Chelsea
Arsenal a cédé à domicile par Chelsea lors de la 6e journée de Premier League | ADRIAN DENNIS / AFP

Arsenal s'incline face à Chelsea

Publié le , modifié le

Chelsea a confirmé sa forme étincelante en allant s'imposer sur le terrain d'Arsenal (2-1), lors de la 6e journée de Premier League. Le leader profite également du faux pas de Manchester United, battu pour la première fois en 23 ans sur ses terres par Tottenham (2-3). Manchester City revient sur les talons de son voisin grâce à son succès 2-1 à Fulham.

Deux coups de pieds arrêtés et une défaite au bout. Voilà la triste conclusion que doit tirer Arsenal, valeureux perdant d’un match enlevé et indécis jusqu’à la fin. Rentré en cours de match, Olivier Giroud a eu la balle d’égalisation au bout du pied mais n’a une nouvelle fois pas trouvé le cadre.

Diaby, la tuile

Arsenal attaque pourtant son match par le bon bout. De l’intensité, des décalages intéressants, le tout orchestré par un Diaby très en jambes. Dans l’axe du terrain, il use de sa technique pour s’ouvrir le champ du but et arme une frappe puissante aux 20 mètres. C’est le tournant du match/l’un des tournants de cette rencontre. Si Cech s’en saisit facilement, la jambe du Français aura plus de mal à s’en remettre. Six minutes plus tard, Diaby, blessé à la cuisse, est remplacé par Oxlade-Chamberlain.

Dès lors, la maitrise du ballon change de camp et le tableau d’affiche ne met pas longtemps s’en faire le témoin. Trois minutes exactement. C’est le temps qu’il aura fallu à Fernando Torres, plus roublard que Koscielny, pour reprendre une offrande de Mata sur un coup franc au deuxième poteau. Déstabilisés, les hommes d’Arsène Wenger vont alors subir les assauts répétés de Chelsea.

Mais Arsenal a des ressources et compte bien le prouver. Malmenés, proches du KO suite à un face à face complètement raté par Torres, les Gunners parviennent à relever la tête après avoir fait le dos rond pendant vingt minutes. Sur un centre à ras de terre d’Oxlade-Chamberlain, Gervinho, dos au but, pivote et expédie un missile sous la barre de Cech. Malgré une dernière opportunité pour Chelsea et « El Nino », les deux équipes rentrent aux vestiaires sur un score de parité.

Koscielny, nouveau but contre son camp

Le deuxième période reprend sur les mêmes bases. Les deux équipes ne s’économisent pas et partent à l’abordage du but adverse. Et comme en première période, c’est grâce à un coup franc de Mata que les Blues vont rapidement reprendre l’avantage. Son enroulé du pied est gauche est dévié par Laurent Koscielny qui ne peut empêcher le ballon de finir au fond des filets. Un coup de poignard pour des Gunners pas vernis à l'image de ce nouveau but contre son camp de Koscielny, qui avait déjà connu ça par deux fois la saison dernière.

Avec l'entrée en jeu de Walcott et Giroud, Arsenal va pousser pour tenter de revenir au score. Mais, trop maladroits, à l'image de Giroud, incapable de trouver le cadre après avoir éliminé le portier adverse, les hommes d'Arsène Wenger ont fini par s'incliner et perdent du terrain sur leur adversaire du jour. "C'est triste car nous avons une bonne équipe et nous avons laissé filer ce match en concédant deux buts faciles sur des coups de pied arrêtés, déplore Wenger, le coach d'Arsenal. A domicile, on ne peut pas se permettre d'encaisser ce genre de buts. Ils ont tiré trois fois dans le cadre et ont marqué deux buts. C'est dommage car l'équipe a beaucoup donné. Nous méritions au moins un match nul. Nous devons garder confiance et continuer de jouer comme nous le faisons. (à propos de l'occasion de Giroud à la 90e) Il était en bonne position pour marquer. Pourquoi ne l'a-t-il pas fait? C'est très difficile à dire."

Tottenham s'offre MU

Fort de sa victoire acquise à Arsenal, Chelsea a également profité du coup de pouce de Tottenham. Les Spurs sont allés signer un succès historique à Old Trafford. Les hommes d'Andre Villas-Boas se sont néanmoins fait quelques frayeurs en début de seconde période face à Manchester United. Grâce à une défense de fer et une rapidité d'exécution en contre, les Londoniens menaient 2-0 à la pause après un but rapide de Vertonghen dévié par la main d'Evans (0-1, 2e), puis un numéro de dribbles somptueux de Bale (0-2, 32e). Mais au retour des vestiaires, les Red Devils ont sortis les crocs et pris leurs adversaires à la gorge lors de trois minutes de folie.

Nani surgissait pour dévier au fond des filets de Brad Friedel, une fois de plus préféré à Lloris, un centre de Rooney entré à la mi-temps (1-2, 51e). A peine revenus, déjà distancés, MU encaissait un but de Dempsey dans la minute suivante (1-3, 52e) avant d'effectuer un nouveau rapproché grâce à Kagawa (2-3, 53e). La fin de match était totalement à l'avantage des hommes de Ferguson. Mais quand ce n'était pas le poteau qui repoussait un coup franc de Rooney, c'est la maladresse des Mancuniens qui les privaient de l'égalisation. Van Persie ratait le cadre (69e) après s'être vu refuser un but pour hors-jeu (63e). Dominer n'est donc pas gagner et, malgré toutes ses tentatives et la défense nettement moins appliquée des Spurs, MU ne parvenait pas à revenir au score. Pour la première fois depuis 1989, Tottenham s'impose dans le Théâtre des Rêves. Un troisième succès de rang qui lui permet de remonter au 5e rang de Premier League, à une longueur de United (3e) qui voit revenir son grand rival sur ses talons. City a mis fin à quatre matches sans victoire grâce à l'entrée victorieuse de Dzeko, auteur du second but des Citizens à trois minutes de la fin du match (2-1).

Victor Patenôtre