La joie d'Olivier Giroud et de Theo Walcott
La joie d'Olivier Giroud | AFP - Glyn Kirk

Arsenal se rassure

Publié le , modifié le

Arsenal s'est rassuré en s'imposant samedi dans le derby du nord de Londres (5-2) face à un adversaire direct dans la perspective des places européennes, lors du 1er match de la 12e journée du Championnat d'Angleterre. A noter également la prise de pouvoir de Manchester City, large vainqueur d'Aston Villa (5-0).

Arsène Wenger (manageur d'Arsenal):  "Tottenham a bien commencé le match. Nous étions nerveux mais le carton rouge d'Adebayor a tout changé. Il était mérité et après nous sommes vite revenus  dans le match. Ce n'est pas toujours facile de jouer à 11 contre 10 mais nous  avons mis beaucoup de mouvements et d'intensité pour jouer entre leurs lignes  et nous créer des occasions pour marquer cinq buts".

Il y avait bien longtemps que les hommes d'Arsène Wenger n'avait pas autant régalé l'Emirate Stadium et ce derby, traditionnellement riche en buts, était l'occasion rêvée pour ce relancer après un début de championnat poussif. Et confirmer la montée en puissance d'Olivier Giroud, auteur du 3e but de la rencontre (son 5e en cinq matches). En revanche, cette deuxième titularisation en Premier League de Hugo Lloris ne sera pas forcément un bon souvenir pour le gardien des Spurs.

Tout avait pourtant si bien commencé pour Tottenham. Très en jambes, les hommes d'André Villas-Boas ont mis dès les premiers instants de la rencontre la pression sur Arsenal, fébrile, qui a fini par encaisser logiquement un but d'Emmanuel Adebayor, à la réception d'une frappe relâchée par Wojciech Szczesny (10e).Mais à peine huit minutes plus tard, l'international togolais a perdu ses nerfs en taclant les deux pieds décollés du sol Santi Cazorla. La sanction du carton rouge fut immédiate et les Spurs, si fringants, ont commencé à décliner.

Transfigurés par leur supériorité numérique, les Gunners ont alors repris le jeu à leur compte pour mettre au supplice leur ennemi londonien en inscrivant trois buts avant la pause: une tête de Per Mertesacker (24e), une frappe malicieuse de Lukas Podolski (42e) et une reprise du Français Olivier Giroud (45e+1). En deuxième période, les Gunners ont tranquillement géré leur avance en l'accentuant avec un but de Santi Cazorla (60e). Serein malgré la réduction du score par Gareth Bale (70e), Arsenal a conclu le calvaire des Spurs dans les arrêts de jeu de la deuxième période par l'intermédiaire de Theo Walcott (90e+1) pour s'imposer, au final, sur le même score que lors leur précédente rencontre de championnat la saison dernière à l'Emirates.

Le calvaire de Lloris 

Cette configuration de match redonnait des ailes à une équipe d'Arsenal  qui restait sur une série poussive, et ces cinq buts ont sans aussi rassuré Wanger sur les capacités offensives de son équipe. Pour Tottenham en revanche, c'est un avertissement. Et pour Hugo Lloris, ce calvaire risque d'être chèrement payé car Villas-Boas qui lui avait témoigné sa confiance pour cette sortie, ne manquera pas, à ceux qui défendent une place pour l'ancien lyonnais dans les buts de Spurs, de rappeler ce résultat. Un résultat qui propulse les Gunners provisoirement à la sixième place du classement et laisse les Spurs au huitième rang, en attendant les autres matches de cette 12e journée.

City prend le pouvoir, Chelsea battu
Dans l'après-midi, Chelsea s'était incliné à West Bromwich (2-1) malgré un but d'Eden Hazard (39e). Manchester City, de son côté, s'était provisoirement emparé de la tête de la Premier League en écrasant Aston Villa (5-0). Les Citizens, Sergio Agüero (54e s.p, 67e) et Carlos Tevez (65e s.p, 74e), y sont allés chacun de leur doublé. Privé de Rooney, United a subi sa  troisième défaite de la saison sur le terrain de Norwich (1-0), perdant ainsi définitivement son fauteuil de leader.

Christian Grégoire