Angleterre Arsenal Walcott Theo 042010
La joie de Theo Walcott (Arsenal) | AFP - Adrian Dennis

Arsenal, roi de Londres

Publié le , modifié le

En s'imposant 3-1 face à Chelsea, lundi soir, pour le compte de la 19e journée de Premier League, les Gunners ont réalisé une excellente opération : ils ont fait oublier leur revers du match aller (0-2), remporter un bouillonnant derby londonien et pris place juste derrière le leader Manchester United au classement. Ce beau cadeau de Noël redonne le sourire aux hommes de Wenger qui restaient sur une défaite à Old Trafford.

Le derby londonien entre Arsenal et Chelsea, c’était LE choc de cette 19e journée de Premier League. Et comme on pouvait s’y attendre, cette rencontre à tenu toutes ses promesses. Si Arsenal, qui n’avait plus battu Chelsea à domicile depuis 2003, démarrait la rencontre sur d’excellentes bases, c’étaient les Blues qui se procuraient la première véritable occasion du match. Drogba s’emparait d’un ballon perdu par Koscielny et plaçait une superbe frappe à ras de terre qui allait flirter avec le but de Fabianski (8e). Ce dernier était ensuite à la parade d’un corner tiré par Lampard (16e). Mais au fur et à mesure, les Gunners se montraient plus pugnaces. Malgré de meilleures intentions, ils ne parvenaient toutefois pas à juguler la défense adverse.

Il fallait attendre la 22e minute pour voir les hommes de Wenger tenter enfin leur chance face à Cech mais le coup franc de Nasri était parfaitement intercepté par le portier des Blues. Si cette première tentative échouait, les Gunners ne baissaient pas les bras pour autant. Et c’était encore Nasri qui, à la 41e minute, venait semer la zizanie à l’entrée de la surface. Cech devait ce coup-ci s’employer afin de dévier la frappe en corner. Les efforts des joueurs d’Arsenal allaient finalement être récompensés juste avant la pause : bien servi par Nasri, Song trompait le gardien de Chelsea du pied gauche (1-0 à la 44e). Pour le plus grand bonheur des supporters de l’Emirates qui tremblait encore brièvement sur un ultime coup franc dégagé en catastrophe par leur équipe.

Au retour des vestiaires, cinq petites minutes suffisaient aux Gunners pour aggraver la marque. Fabregas, très en vue ce soir, était à la conclusion d’une belle action collective avec Essien et Walcott et des travées du stade londonien s’élevait la joie du public (2-0 à la 51e). Une exultation qui reprenait de plus belle quand Walcott, dans la foulée, enfonçait le clou. L’attaquant anglais, à la réception d’une belle passe de Fabregas, scotchait littéralement Cech sur sa ligne d’une incroyable frappe croisée du pied droit (3-0 à la 53e). A ce stade, on voyait mal comment les troupes de Carlo Ancelotti pouvaient se sortir de cette impasse.

Mais contre toute attente, les Blues ne se laissaient pas abattre et remontaient même la tête grâce à un but de la tête d’Ivanovic (3-1 à la 57e). Apparemment galvanisés, les Blues poussaient pour déstabiliser la défense locale. En vain. Bien serrée, cette dernière ne laissait que peu d'espace. Une leçon sans doute bien retenue suite à la défaite sur la pelouse de Manchester United deux semaines plus tôt. Mais si la défense était en place, le secteur offensif d'Arsenal manquait parfois de précision. A l'image de Nasri dont le lob ne mettait pas Cech en danger(69e) ou encore de Van Persie qui, pourtant bien servi par Fabregas, se faisait chiper le ballon par Terry (71e).

Les Blues avaient pour leur part l'occasion de se relancer mais le coup franc de Drogba filait au-dessus des cages de Fabianski (84e). Un peu avant les arrêts de jeu, les hommes d'Ancelotti ne parvenaient pas non plus à profiter d'un cafouillage devant les buts adverses et finissaient donc par s'incliner 1 à 3. Battus 0-2 au match aller, les Gunners ont fait plier des Blues déjà à la peine (une seule victoire en huit rencontres) et montent ainsi sur la seconde place du podium, à deux points de Manchester United. De son côté, Chelsea enchaîne son 6e match sans victoire et stagne à la 4e place du classement, à quatre points du trio de tête. Une défaite lourde de conséquences dans la course au titre puisque les Blues comptent désormais six point de retard sur les Mancuniens avec un match en plus.

Isabelle Trancoën