Arsenal peut remercier Reina

Publié le , modifié le

Réduit à dix pendant toute la seconde période, Liverpool a néanmoins cru tenir sa victoire dimanche face à Arsenal mais une énorme erreur de son gardien espagnol Pepe Reina dans les arrêts de jeu a permis à de décevants Gunners de repartir d'Anfield avec un point (1-1).

C'était le choc de cette première journée de la Premier League et comme souvent, il a apporté son lot de controverses. Malheureusement, elles ont pris le dessus sur le jeu, qui a été pauvre entre Liverpool et Arsenal, deux équipes pourtant habituées à produire du beau football. Les Reds, et leur nouveau manageur Roy Hodgson, ont longtemps cru tenir un précieux premier succès grâce à un but du Français David Ngog, sur une superbe frappe dans un angle fermé après une erreur du jeune Anglais Jack Wilshere (47). Ngog, qui remplaçait l'Espagnol Fernando Torres, encore en phase de préparation et qui a joué les 20 dernières minutes, a été très intéressant dans ses mouvements et ses déviations. Il a également placé une bonne tête sauvée sur sa ligne par Clichy (45). Depuis la 45e minute, Liverpool était de plus réduit à dix après l'exclusion logique de Joe Cole pour un horrible tacle sur le Français Laurent Koscielny. Jusque là, Arsenal monopolisait le ballon mais sans créer de situations dangereuses hormis des frappes de loin de Vermaelen (5) et Clichy (30).

Des Gunners encore rouillés

Au retour des vestiaires, malgré sa supériorité numérique, les Gunners décevaient toujours autant. Il leur manquait cruellement la créativité de Fabregas et les mouvements de Van Persie. A part un superbe mouvement Rosicky - Van Persie qui aurait dû se terminer par un but sans un arrêt exceptionnel de Reina (86), les joueurs d'Arsène Wenger n'arrivaient à rien et surtout pas à trouver la faille dans la défense de Liverpool. On avait même l'impression qu'il n'y avait pas de supériorité numérique. Et c'est au moment où on s'y attendait le moins que le but égalisateur est venu. Un centre de la gauche de Rosicky, Reina, gêné par le soleil et Chamakh, ne contrôle pas la balle qui rebondit sur son poteau avant qu'il ne la relâche inexplicablement dans son but (90+1) ! "Malgré nos difficultés dans le jeu, on n'a jamais baissé les bras et on repart avec un match nul, qui est un bon résultat ici a Liverpool" a glissé Arsène Wenger après la rencontre.
Le manageur français sait pourtant bien que son équipe devra montrer bien plus que ça pour espérer remporter le championnat. Si Koscielny a impressionné jusqu'à son exclusion sévère pour deux cartons jaunes (90+4), Chamakh a été beaucoup trop discret, Arshavin beaucoup trop transparent et Nasri beaucoup trop imprécis. Heureusement, il y avait Reina...

AFP