Arménie-France, un match encombrant

Arménie-France, un match encombrant

Publié le , modifié le

Décrit lundi comme un "cadeau empoisonné" par le sélectionneur suisse de l'équipe d'Arménie Bernard Challandes, ce match amical Arménie-France revêt plus d'inconvénients que d'avantages pour les deux formations.

Quelques jours plus tôt, Bernard Challandes avait même qualifié cette rencontre de "match de merde", des mots crus, qui avaient eu le mérite de poser le débat sur la programmation plus ou moins judicieuse des matches internationaux. Après s'être vraisemblablement fait remonter les bretelles par sa Fédération, le technicien suisse s'est montré plus mesuré lors de ses dernières déclarations tout en expliquant sa position.

Une équipe d'Arménie affaiblie

"Ce match contre la France est un honneur mais c'est un cadeau un petit peu empoisonné, a-t-il précisé. Pour un pays comme  l'Arménie qui n'a pas un immense réservoir de joueurs et qui a en plus cinq titulaires qui ne peuvent pas jouer, ce match, trois jours après la performance contre la Serbie (1-1, ndlr), vient vraiment au mauvais moment. C'est pour cela que je dis que c'est un match que je n'aime pas trop, ça n'a rien à voir avec la France que j'aime et respecte beaucoup."

En d'autres termes, le sélectionneur de l'Arménie craint que la dynamique de son équipe soit cassée. Outre la qualité hétérogène de son effectif et la fatigue éprouvée par ses joueurs après le match contre la Serbie, il a conscience que l'équipe de France offre en ce moment un football de qualité avec des joueurs rôdés au plus haut niveau. "Si Didier Deschamps change 7 ou 8 joueurs, il fera  jouer quand même des joueurs qui jouent en Angleterre, en Espagne ou en France, dans des équipes qui jouent la Champions League. Ce n'est pas le cas chez nous", déplore Challandes.

Un vrai défi pour Deschamps

Mais disputer une telle rencontre est tout aussi compliqué à gérer pour les Tricolores. Privé de matches à véritable enjeu (la France étant d'emblée qualifiée pour l'Euro-2016), Didier Deschamps n'a qu'une obsession: maintenir les Bleus sous pression. Si affronter même en amical une équipe telle que l'Espagne (1-0) ou le Portugal de Cristiano Ronaldo (2-1), peut stimuler des joueurs évoluant dans les plus grands championnats d'Europe, rencontrer des équipes moins cotées comme l'Arménie (52e au classement Fifa) est forcément moins motivant, a fortiori lorsqu'il n'y a apparemment aucun enjeu sportif. L'horaire fixé à 18h00, ne fait que confirmer le peu d'engouement autour de cette rencontre.

C'est donc un match piège par excellence. Invaincue depuis neuf matches amicaux, la France sera attendue à la fois par ses supporteurs et par 11 joueurs arméniens soucieux de réaliser une belle performance à domicile. Prendre de haut cette équipe arménienne serait la pire des attitudes à adopter pour ce groupe tricolore encore en phase de construction. Une défaite remettrait clairement en doute la force de caractère de ces Bleus. Idéalement, les changements opérés par Deschamps devront permettre à la fois de tester de nouvelles associations, et surtout remettre sous pression des titulaires en puissance. Si ce n'est pas le cas, et que malgré tout les Arméniens prennent l'eau, alors Bernard Challandes aura eu raison de sortir de ses gonds.

Romain Bonte