Kun Agüero
Kun Agüero, auteur d'une rentrée fracassante | AFP - ANDREW YATES

Agüero, Citizen Kun

Publié le , modifié le

Manchester City a commencé sa saison de Championnat d'Angleterre par une large victoire 4 à 0 sur le promu Swansea avec deux buts et une passe décisive de sa grosse recrue de l'été, l'Argentin Kun Agüero.

Grâce à ce succès, les "Citizens" sont en tête du classement après la  première journée, à égalité avec Bolton, vainqueur des Queens Park Rangers sur  le même score. Sergio Kun Agüero n'a pas mis longtemps à se faire aduler par les supporters de Manchester City. L'Argentin a réalisé des débuts impressionnants et, avec lui, c'est tout City qui se prend à rêver.

Le gendre de Diego Maradona, acheté à l'Atletico Madrid pour 43 millions d'euros, est entré peu avant l'heure de jeu et a inscrit le deuxième but de City, de près, sur une passe de Richards (68). Trois minutes plus tard, le jeune attaquant de 23 ans a réussi un exploit technique en lobant le gardien puis en remettant en retrait pour l'Espagnol David Silva, qui n'a plus eu qu'à pousser le ballon au fond des filets (71). Le Sud-Américain a terminé son festival par une superbe frappe de 25 mètres dans les derniers instants de la rencontre.

Les Mancuniens, qui font figure de premier outsider derrière le voisin United, avaient ouvert la marque à la 57e minute par Dzeko, autre attaquant acheté à prix d'or (30 millions d'euros) au mois de janvier à Wolfsburg. Le Bosnien s'est trouvé idéalement placé pour reprendre un ballon que Vorm lui avait repoussé dans les pieds sur un tir d'Adam Johnson. Le gardien néerlandais avait retardé l'échéance pendant toute la première période en multipliant les parades devant Dzeko déjà et Silva, remarquable dans le rôle de chef d'orchestre. Une reprise de l'Espagnol puis un tir de Barry avaient rebondi sur la transversale (30, 45).
Manchester United et Wolverhampton sont avec City et Bolton les deux seules autres équipes à avoir gagné lors de cette première journée de Premier League marquée par cinq matches nuls.

Julien Lamotte