Adil Rami
Le défenseur central français Adil Rami aux côtés du sélectionneur Didier Deschamps | AFP - FRANCK FIFE

Adil Rami, le défenseur qui revient de loin

Publié le , modifié le

Adil Rami avait peut-être déjà prévu ses vacances, mais finalement il sera en France tout le mois de juin pour disputer l’Euro avec les Bleus. Le défenseur de Séville peut s’estimer chanceux, il a bénéficié d’un incroyable concours de circonstances qui pourrait même le conduire à une place de titulaire en défense centrale durant l’Euro.

Le 12 mai dernier, le nom d’Adil Rami n’apparaissait même pas dans les huit réservistes choisis par Deschamps pour accompagner les Bleus dans la préparation à l’Euro (10 juin-10 juillet). Trois semaines plus tard, ce même Adil Rami devrait débuter la premier match de préparation des Bleus à l’Euro contre le Cameroun ce soir à Nantes dans la peau d’un titulaire. D’après le dernier entraînement, le défenseur central du FC Séville tient la corde pour former la paire avec Laurent Koscielny. On appelle ça de la chance, ou le destin, on ne sait pas trop. Que s’est-il passé en trois semaines pour que celui qui critiquait le sélectionneur sur les ondes revienne comme ça sur le devant de la scène ? Une incroyable hécatombe dans le secteur défensif.

Le forfait de Sakho ne lui avait pas profité ? Pas de problème, celui de Varane arrive. La blessure du défenseur madrilène a obligé le sélectionneur à revoir ses plans. Pour accompagner Laurent Koscielny, il lui fallait un autre défenseur, droitier, capable de jouer axe droit. Car avec le Gunner, Eliaquim Mangala et Jérémy Mathieu – forfait depuis et remplacé par le réserviste Samuel Umtiti –, Deschamps avait sous la main trois défenseurs préférant évoluer axe gauche, dont deux sont gauchers. Appeler Umtiti, seul défenseur central parmi les réservistes, aurait rajouté un nouveau gaucher. Une aberration selon Deschamps : "Avoir trois défenseurs centraux sur quatre gauchers (c’est le cas de Mangala et Mathieu, ndlr), ça limite énormément les associations. Je considère qu’au haut niveau avoir deux gauchers, ce n’est pas quelque chose de viable", avait-il expliqué au moment de se justifier sur le choix de Rami plutôt que d’Umtiti.

Tout à gagner

C’est dans ce débat sur les considérations tactiques, la complémentarité et les automatismes qu’Adil Rami a fait son retour. Dix jours avant, il balançait sur le sélectionneur sur l’antenne de RMC : "Il faut poser la question à Didier Deschamps (sur la raison de son absence dans liste des 23, ndlr) (…) J’ai vraiment été déçu pour une chose. Le discours de dire qu’il ne prend pas les meilleurs joueurs sur le terrain, mais les meilleurs joueurs pour faire un groupe… J’ai l’impression qu’il insinue (…) que je suis un voyou". Des mots malhabiles mais qui n’ont pas empêché Deschamps de le lui redonner une chance. Appelé deux fois par le sélectionneur, pour deux défaites – France-Allemagne (1-2) en février 2013 et Brésil-France (3-0) en juin 2013 – le bilan du défenseur aux 26 sélections ne plaidait pourtant pas en sa faveur.

En trois ans, le défenseur qui formait avec Philippe Méxès l’axe central des Bleus sous Laurent Blanc a vu Varane, Sakho, Mangala, Koscielny, Mathieu, Yanga-Mbiwa, Perrin et Zouma (tous appelés ou utilisés par Deschamps) lui passer devant. Lui a continué à bosser à Séville sous les ordres d’Unaï Emery. Il a progressé dans le jeu, mais affiche toujours quelques scories (sa vitesse notamment). A l’Euro 2012, il n’avait rien pu faire face à la Suède de Zlatan (défaite 2-0) et à l’Espagne en quarts (défaite 2-0). Quatre ans plus tard, cette nouvelle chance sort de nulle part ou presque. A lui de ne pas la rater.

L’équipe probable contre le Cameroun

Lloris - Sagna, Rami, Koscielny, Evra - Pogba, Diarra, Matuidi - Coman, Giroud, Payet.
Remplaçants : Mandanda, Costil, Jallet, Mangala, Umtiti, Digne, Kanté, Cabaye, Sissoko, Gignac.