Petkovic, Euro 68, Yougoslavie
L'attaquant Yougoslave Petkovic, finaliste de cet Euro | AFP

1968 : l'Italie 30 ans après

Publié le , modifié le

Sevrée de grands titres depuis le sacre mondial en 1938, l'Italie va retrouver le chemin du succès. Comme lors de la deuxième édition, c'est le pays hôte qui s'assure la victoire finale lors de ce championnat d'Europe des Nations. Un troisième pays consacré pour autant d'éditions, celle-ci est marquée par une finale rejouée.

La troisième édition du championnat d’Europe des Nations se déroule en Italie, à Rome et Florence. Le pays hôte (tombeur de la Bulgarie en quarts) dispute à l’Angleterre (qui a sorti l’Espagne), la Yougoslavie (qui a éliminé la France en lui infligeant un cinglant 5-1 au retour après un nul à l’aller) et l’Union soviétique, victorieuse de la Hongrie, un succès dans l’épreuve.

Finaliste tiré au sort

Dans une première demi-finale ultra serrée, les Yougoslaves résistent aux Anglais champions du monde et les plantent dans les arrêts de jeu sur une frappe de Dzajic (1-0). Au cours de la seconde, disputée à Rome devant 75 000 tifosi déchaînés, aucune des deux formations, la russe et la transalpine, ne parvient à inscrire le moindre but, les défenses prenant le pas sur l’attaque.

Il faut avoir recours au tirage au sort pour départager les deux équipes. Le sort est italien et propulse la Squadra en finale de son Euro.

Finale rejouée

Alors que l’Angleterre, très déçue d’avoir manqué le doublé Coupe du monde/Championnat d’Europe, domine l’URSS (2-0) lors du match de classement, la Yougoslavie s’apprête à rejouer aux Italiens le coup fait aux Britanniques en demie. Dzajic inscrit un but juste avant la pause (40e) mais Domenghini délivre tout un peuple en égalisant (78e).

Rejouée deux jours plus tard, la finale sourit aux hommes de Valcareggi qui s’imposent sans coup férir (2-0), Riva et Anastasi tuant tout suspense avant la mi-temps. Les meilleurs, à défaut des plus brillants, avaient gagné.