Yachine, URSS, Euro 1964
Le gardien soviétique Lev Yachine (à droite) reçoit le trophée de meilleur joueur de l'année 1964 | Khomich / RIA NOVOSTI

1964 : l'Espagne au sommet

Publié le , modifié le

Cette seconde édition du championnat d'Europe des Nations sera particulièrement marquante. Quatre années après l'ouverture de cette belle aventure européenne, l'Espagne est la première équipe à conquérir le titre sur ses propres terres. L'occasion pour tout un pays d'exploser au soir d'un succès face aux redoutables Soviétiques.

Organisatrice de la seconde édition, quatre ans après l’Euro français, l’Espagne reçoit trois autres pays bien décidés à damer le pion à leur hôte. La Hongrie (qui a sorti le pays de Galles, la RDA et la France) et le Danemark (éliminations aisées de Malte, Albanie et Luxembourg) entendent bien glaner un premier grand titre hors Jeux Olympiques alors que l’URSS (vainqueur des Italiens et des Suédois) doit défendre sa couronne.

L'Espagne favorite

Forte du soutien de ses supporters, la sélection ibérique (Roumanie, Irlande du Nord et Eire battus) part néanmoins favorite. Contre les Hongrois du virtuose Florian Albert, les Espagnols sont contraints de lutter pour obtenir le ticket pour la finale. Au but de Pereda avant le repos, les Magyars répondent par l’intermédiaire de Béné peu avant la fin du temps réglementaire. A cinq minutes du coup de sifflet final, Amancio délivre tout un peuple. L’Espagne jouera bien la finale.

Marcelino délivre un peuple

Elle y retrouve le tenant du titre. Dans une demi-finale à sens unique, l’URSS a en effet écrasé le Danemark (3-0), les Scandinaves étant déjà menés 2-0 à la pause. En finale, le combat est royal entre deux adversaires très proches l’un de l’autre. L’intenable Pereda ouvre la marque d’entrée (5e) mais le précieux Khoussaïnov réagit immédiatement (1-1, 7e). Au but de l’attaquant Marcelino (84e), c’est tout le stade Santiago Bernabeu qui se lève d’un bond. Le vacarme est assourdissant. La grande URSS est vaincue. L’Espagne exulte.